D’Hermès à Ovide la tradition du monde : Livre des Métamorphoses, l'hermétisme de l'analogie.
Livre des Métamorphoses d’Ovide, dans la grande tradition d'Hermès. Pythagore (XV, 60-478), suite. "C’est ainsi que nos corps changent sans cesse : ce que nous étions hier, ce qu’aujourd’hui nous sommes, demain nous ne le serons plus. Il fut un temps où, simple germe, espoir incertain de l’homme encore à naître, nous habitâmes dans le sein d’une mère. La Nature soigna son ouvrage : elle ne voulut pas que notre corps restât toujours resserré dans les flancs qui l’enfermaient, et sa main puissante nous ouvrit les portes de la vie. L’enfant à peine a vu le jour, il est sans force, et ne peut se mouvoir. Bientôt, semblable au quadrupède, il marche sur ses pieds et sur ses mains. Peu à peu, tremblant, et mal affermi sur ses jambes, il cherche un appui qui le soutienne, il est debout ; il devient fort et léger ; sa jeunesse s’envole, il traverse l’âge moyen de la vie, et, par une pente rapide, est emporté au couchant de ses jours. La vieillesse dissout la force de l’âge précédent. Milon, chargé d’années, pleure en voyant pendre et languir, sans vigueur, ces bras naguère nerveux et puissants, semblables aux bras d’Hercule. Elle pleure aussi, la fille de Tyndare, en apercevant, dans la glace fidèle, les rides de son visage ; et elle se demande comment elle a pu être deux fois enlevée. "Temps, qui dévores ce qui existe ; et toi, Vieillesse envieuse, vous détruisez tout ; et ce que la lime de l’âge a sourdement usé, vous le consumez par une lente mort." "Ce que nous appelons éléments n’a pas plus de stabilité ; écoutez : J’enseignerai les changements qu’ils éprouvent. "Le Monde éternel contient quatre corps élémentaires : deux, la terre et l’eau, sont pesants, et descendent entraînés par leur propre poids. Les deux autres, privés de toute gravité, l’air, et le feu, plus pur que l’air, s’élèvent sans résistance. Quoique distants et séparés, ces corps sont le principe de toutes choses. Eux-mêmes se changent l’un en l’autre : la terre se dissout en eau, l’eau se résout en vapeur légère ; et l’air, devenu plus subtil, brille parmi les feux éthérés. Par une révolution constante et contraire, tous ces corps reviennent dans leur premier état : en se condensant, le feu se change en air, l’air en eau, l’eau en argile. Aucun corps ne conserve sa forme primitive. La Nature, qui renouvelle sans cesse les choses, ne fait que substituer des formes à d’autres formes. Croyez-moi, rien ne périt dans ce vaste univers ; mais tout varie et change de figure. Ce qu’on appelle naître, c’est commencer d’être autre chose que ce qu’on était auparavant ; et ce qu’on appelle mourir n’est que cesser d’être ce qu’on était ; et, quoiqu’il y ait changement perpétuel de forme et de lieu, la matière existe toujours. "Je ne pense pas que rien puisse durer sous la même apparence. C’est ainsi qu’après le siècle d’or est venu le siècle de fer. C’est ainsi que divers pays ont changé de fortune. J’ai vu ce qui fut jadis un terrain solide être maintenant une mer. J’ai vu des terres sorties du sein des ondes, et des conques marines loin des bords d’Amphitrite : une vieille ancre a été trouvée sur de hautes montagnes. Des torrents rapides ont creusé des vallons dans les plaines. Les inondations ont fait descendre des collines au sein des eaux. Des marais sont devenus des champs sablonneux ; et des terres arides sont aujourd’hui des marécages. La Nature ouvre ici de nouvelles sources ; elle en tarit d’autres ailleurs. Les secousses de la terre ébranlée ont fait naître des fleuves, et en ont desséché plusieurs. Ainsi le Lycus, englouti dans la terre, se remontre plus loin, et semble sortir d’une source nouvelle. Ainsi l’Erasinus se perd dans un gouffre profond ; et, après avoir conduit paisiblement ses flots souterrains, reparaît plus vaste dans les plaines d’Argos. Ainsi, l’on raconte que le fleuve Mysus, ennuyé de sa source et de ses premiers rivages, va, sous le nom de Caïque, couler dans des pays lointains. Tantôt l’Amenanus roule, en Sicile, son onde sablonneuse ; tantôt son lit est desséché, et sa source paraît tarie. Jadis on buvait les eaux de l’Anigros ; elles sont devenues pernicieuses, si toute croyance n’est point ravie aux poètes, depuis qu’atteints par les flèches d’Hercule, les Centaures entrèrent dans ce fleuve pour laver leurs blessures. Les ondes de l’Hypanis, qui descend des montagnes de la Scythie, d’abord douces et pures, se chargent, dans leur cours, de sel et d’amertume. "Antissa, Pharos, et Tyr bâtie par les Phéniciens, ont eu pour ceinture les mers : aucune de ces villes n’est une île aujourd’hui. Les anciens habitants de Leucade ont vu joint au continent leur territoire qu’entourent les flots. Zancle était, dit-on, réunie à l’Italie, avant que l’Océan, séparant ces deux terres, n’eût entraîné la Sicile au milieu de ses ondes. Si vous cherchez Hélicé et Buris, villes de l’Achaïe, vous les trouverez sous les eaux. Le nautonier montre encore leurs murs inclinés et leurs débris submergés. "Près de Trézène, où régna Pitthée, s’élève une colline où aucun arbre n’offre son ombrage : c’était jadis une campagne fertile, unie dans sa surface. Par un prodige, dont le récit même est horrible, les vents furieux, enfermés dans des cavernes obscures, cherchant à respirer, luttant en vain pour s’ouvrir le chemin de l’air et de la liberté, et ne trouvant dans leur prison aucun passage à leur haleine, enflèrent et distendirent cette terre, comme le souffle de la bouche enfle une vessie ou une peau de bouc. Cette enflure resta dans la campagne ; elle a la forme d’une haute colline, et s’est durcie avec le temps. "Je pourrais ajouter ici beaucoup d’autres exemples qui vous sont connus, ou dont vous avez entendu parler : je n’en citerai qu’un petit nombre. L’eau ne reçoit-elle et ne donne-t-elle pas des formes différentes ? Ton onde, ô fontaine d’Ammon, froide au milieu du jour, est brûlante au lever et au coucher du soleil. On dit que, dans une fontaine du pays des Athamanes, le bois s’enflamme, s’il y est plongé lorsque en son déclin la lune resserre son croissant. Les Cicones ont un fleuve dont l’eau pétrifie les entrailles de celui qui la boit, et change en rocher tout ce qu’elle touche. Le Crathis, et le Sybaris, qui arrose ces campagnes, donnent aux cheveux la couleur de l’ambre et de l’or. "Mais, par un prodige plus étonnant, s’il est des eaux qui changent les corps, il en est aussi qui changent les esprits. "Qui n’a pas entendu parler de l’onde obscène de Salmacis, et de ce lac d’Éthiopie, dont les eaux rendent furieux celui qui en a bu, ou le plongent dans un vaste sommeil ? Quiconque se désaltère à la fontaine de Clitorium déteste le vin et n’aime que l’onde pure, soit qu’il y ait dans cette fontaine une vertu contraire à Bacchus ; soit, comme le racontent les indigènes, que le fils d’Amythaon, après avoir, par ses enchantements et par ses herbes, arraché aux Furies les Prétides étonnées, ait jeté dans la source ces médicaments si puissants sur la raison, et que l’eau en ait reçu le pouvoir d’inspirer cette horreur pour le vin. Les ondes du fleuve Lynceste produisent un effet contraire : celui qui en a trop bu chancelle comme un homme enivré du jus de la treille. "Il est, dans l’Arcadie, un lac aux eaux douteuses ou suspectes : les anciens l’ont appelé Phénéos ; craignez l’usage de ces eaux : elles sont nuisibles pendant la nuit, et sans danger pendant le jour. Ainsi les lacs, et les fleuves ont des propriétés différentes et des effets divers. Il fut un temps où l’île d’Ortygie flottait sur les ondes ; maintenant elle est assise au sein des mers. Le navire Argo craignit les Symplégades errantes, et les flots qu’elles soulevaient en s’entrechoquant. Aujourd’hui l’une et l’autre sont stables, immobiles, et résistent aux vents. "L’Etna, brûlant dans ses fournaises de soufre, ne vomira pas toujours des feux, et n’en a pas toujours vomi. Car si la terre est un animal, elle vit ; elle a, en divers lieux, des bouches nombreuses pour sa brûlante haleine ; et toutes les fois qu’elle est ébranlée par quelques secousses, elle peut fermer, dans une contrée, ses canaux souterrains, et en ouvrir d’autres ailleurs. Si les vents légers, comprimés dans des antres profonds, lancent des rochers dont le choc étincelant enflamme des matières qui recèlent les principes du feu, ces vents peuvent abandonner leurs cavernes, qui alors se refroidiront. Et si les feux souterrains s’allument d’eux- mêmes dans le soufre et dans le bitume, un jour cette source doit tarir ; la terre épuisée cessera de fournir ces aliments : consumés par les siècles, ils manqueront à la voracité du gouffre, qui, ne pouvant s’en passer, verra ses feux éteints. "On dit qu’à Pallène, dans les pays hyperboréens, il existe des hommes dont les corps, neuf fois plongés dans le marais Tritonien, se couvrent de plumes légères. Je ne puis croire à ce prodige, ni à ce qu’on raconte de ces femmes de Scythie qui, versées aussi dans l’art des enchantements, peuvent, en se teignant du suc de certaines herbes, se convertir en oiseaux. Si l’on doit croire aux choses merveilleuses, c’est du moins à celles qui sont prouvées. "Ne voyez-vous pas les corps qui sont tombés en dissolution par le temps ou par la chaleur, se convertir en insectes ? Si un taureau assommé est enterré par vous dans une fosse, l’expérience a prouvé ce fait, il sortira de ses entrailles en dissolution des abeilles amies des fleurs. Elles aimeront les champs comme celui qui les fit naître ; elles seront laborieuses, et l’espérance conduira leur travail. Le coursier belliqueux qu’on enfouit dans la terre, engendre des frelons. Ôtez au cancre, ami de l’onde, ses serres recourbées, couvrez de terre le reste de son corps : vous verrez s’en élancer un scorpion qui vous menacera de sa queue à double dard. La chenille agreste, comme l’ont remarqué les laboureurs, roule ses fils blancs sur une feuille, et, s’enfermant dans le tissu qu’elle file, quitte sa forme et devient papillon. "Dans le limon des marais, une semence féconde engendre la grenouille : d’abord, c’est un corps informe et sans pieds ; bientôt la Nature lui donne des cuisses dont elle se sert pour nager ; et, afin qu’elle puisse s’élancer sur le rivage et dans l’onde, ses parties postérieures sont plus hautes que celles de devant. L’ours qui vient de naître n’est qu’une masse de chair ébauchée, à peine vivante. Sa mère, en le léchant, façonne ses membres et lui fait prendre une forme pareille à la sienne. N’avez-vous pas vu la mouche ouvrière du miel, d’abord foetus informe enfermé dans la cire hexagonale, recevoir plus tard ses pieds déliés, et plus tard ses ailes légères ? "Qui croirait que l’oiseau de Junon, dont la queue porte l’image des astres, que l’oiseau qui tient les foudres de Jupiter, que les colombes de la déesse de Cythère, et tout le peuple ailé, puissent éclore et sortir du sein d’un oeuf, s’il n’avait vu ce phénomène? "Il est des hommes qui croient que lorsque l’épine dorsale a pourri dans la tombe, la moelle humaine se change en serpent. "Tous ces prodiges ont cependant un principe qui les produit ; mais il est sur la terre un oiseau unique qui s’engendre et se renouvelle lui-même : les Assyriens l’appellent le phénix. Il ne se nourrit ni d’herbes, ni de fruits : il vit des larmes de l’encens et des sucs de l’amome. Quand il a vu cinq siècles marquer le terme de sa vie, il construit, de ses ongles et de son bec, un nid sur les hautes branches d’un chêne ou sur la cime tremblante d’un palmier ; il le remplit de légères tiges de cannelle, de nard, de myrrhe et de cinname, se couche sur ce bûcher odorant, et meurt dans les parfums. On raconte qu’un jeune phénix renaît alors des cendres de son père, et qu’un même nombre de siècles doit marquer son existence. Lorsque l’âge lui a donné des forces, et qu’il peut charger ses ailes, il dégage du poids du nid les rameaux de l’arbre, enlève ce pieux fardeau, l’emporte dans les airs, arrive dans la ville du Soleil, et, devant les portes sacrées du temple de cedieu, dépose le tombeau de son père et son propre berceau. "Si tous ces faits offrent des nouveautés merveilleuses, le pouvoir de changer de sexe doit paraître plus surprenant. Ne devons-nous pas admirer l’hyène qui est femelle et mâle tour à tour ; et le caméléon, nourri d’air et de vent, qui soudain prend la couleur de tous les objets qu’il touche ? L’Inde soumise donna le lynx au dieu des vendanges; on rapporte que tout ce que rejette la vessie de cet animal se congèle et se durcit en pierre : c’est ainsi que le corail, plante molle et flexible sous l’onde, se pétrifie aux premières impressions de l’air. "Le jour finirait, et Phébus aurait plongé ses coursiers haletants dans l’onde, avant que j’eusse raconté les divers changements de toutes choses. Les temps changent eux-mêmes. Nous voyons des nations s’élever, et d’autres tomber. Ainsi, la superbe Troie, si riche en hommes et en trésors, qui put répandre tant de sang dans un siège de dix années, humble maintenant, n’offre plus que d’antiques ruines, et ne montre, pour toutes richesses, que les tombeaux de ses habitants. Sparte a été célèbre, Mycènes florissante ; la ville de Cécrops, et les murs bâtis par Amphion ont eu leur puissance et leur éclat. Aujourd’hui Sparte est un sol misérable ; Mycènes et ses hautes tours n’existent plus. Que reste-t-il de Thèbes, où régna Oedipe ? une fable. Que reste-t-il d’Athènes, où régna Pandion ? son nom et son souvenir. "Déjà la Renommée annonce que, sur les bords du Tibre, qui descend de l’Apennin, Rome, bâtie par les Troyens, pose les fondements immenses d’un grand empire. Cette ville aura ses révolutions en s’agrandissant, et sera un jour la maîtresse du monde. Ainsi l’ont dit les poètes et l’ont annoncé les oracles. Si je m’en souviens, lorsque Énée déplorait ses destins douteux, dans les derniers temps de Troie, Hélénus, fils de Priam, lui adressa ce discours : "Fils d’une Déesse, si mon art de prédire les choses futures t’est assez connu, tu vivras, et Troie ne tombera pas tout entière. La flamme et le fer t’ouvriront un chemin. Tu emporteras les restes de Pergame, et tu trouveras des bords étrangers plus amis des Troyens et de toi que ta propre patrie. Je lis, dans le livre des Destins, qu’aux enfants de la Phrygie est promise une ville qui s’élèvera au-dessus de toutes celles qui ont été, qui sont encore, ou qui seront dans la suite des temps. Pendant plusieurs siècles, elle devra sa puissance à ses illustres citoyens ; mais un descendant d’Iule la rendra maîtresse de l’univers. Quand la terre aura possédé ce héros, les dieux en jouiront à leur tour : le ciel l’attend après sa mort." "Telles furent, je me les rappelle, les prédictions faites par Hélénus à Énée, qui porta ses Pénates avec lui. Je me réjouis de voir renaître, dans Rome, mon ancienne patrie : ainsi la victoire des Grecs aura fait la grandeur des Troyens. "Mais, pour ne pas m’écarter plus longtemps du but où je tends dans ma course, le Ciel et tout ce qu’il embrasse, la terre et tout ce qu’elle renferme, sont soumis à d’éternels changements. Nous-mêmes, portion passagère du Monde, nous subissons les mêmes lois, puisque nous sommes non seulement des corps, mais aussi des âmes légères, qui peuvent avoir pour demeure le sein de l’hôte farouche des forêts ou celui du paisible animal qui paît dans le bocage. Conservons donc, au lieu de les détruire, ces corps qui ont peut-être reçu l’âme d’un père, d’un frère, d’un parent, d’un homme du moins ; et n’allons pas renouveler le festin de Thyeste. "Ne s’accoutume-t-il pas au crime, ne se prépare-t-il pas à répandre le sang humain, l’impie qui enfonce le couteau dans la gorge d’une génisse, et dont l’oreille reste insensible à ses mugissements ; qui peut égorger un chevreau, et l’entendre vagir comme un enfant ; qui peut se nourrir de l’oiseau. que sa main a nourri ? Qu’il y a peu loin de cette cruauté au meurtre, à l’homicide ! et que facilement elle en ouvre le chemin ! "Ainsi, que le boeuf laboure, et ne puisse imputer sa mort qu’à la vieillesse. Que la brebis nous donne sa toison pour nous défendre des attaques du froid Borée. Que la chèvre présente ses mamelles gonflées à la main qui les presse. Que la baguette, enduite de glu, cesse de tromper l’oiseau trop crédule. N’enfermez plus, dans une enceinte, le cerf timide, effrayé par les plumes présentées à ses regards. Ne cachez plus l’hameçon sous une amorce perfide. Détruisez les animaux nuisibles, mais contentez-vous de les détruire. N’allez pas vous en nourrir, et ne prenez que des aliments convenables à l’homme." On rapporte qu’après avoir recueilli avec soin ces leçons et d’autres encore, Numa retourna dans sa patrie. Appelé au trône des Latins, il prit les rênes de l’empire. Inspiré par la Nymphe dont il était l’heureux époux, éclairé par les conseils des Muses, il enseigna les rites sacrés, et fit aimer les arts de la paix a un peuple féroce et ami de la guerre.
Tiepolo : Mercure et Énée
106
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.