16
Académie d'Hermès
Le Corpus Hermeticum d'Hermès Trismégiste. Version de 1557 de Loys Lazarel, livre 7
Le texte de cette version du Corpus Hermeticum est volontairement conservé en français du 16ème siècle.
Corpus Hermeticum d'Hermès Trismégiste, de Loys lazarel T outes choses se meuvent en Dieu privé. C'est celle qui obtient un acte stable autour de soi, de nulle chose souffreteur ou indigent, mais étant infini, super abondamment donnant, et distribuant toutes choses. Elle est le commencement de l'univers, épandant par tous lieux sa bonté. Or entends que quand je nomme ce terme ici bien, j'entends ce qui est et d'où dépendent tous biens, que l'on pourrais dire ou souhaiter : desquels Dieu est le collateur et propriétaire. Car en premier lieu, il n'a aucune indigence : en manière qu'en appetant il peut être fait mauvais, et se dévier de sa souveraine bonté. Et si ne tombe en lui aucun détriment, au moyen duquel il se peut contrister. Car il surmonte toute manière de mal. Davantage il n'y a rien plus fort ni plus puissant que lui, dont peut être forcé et vaincu. Finalement il ne peut en lui échoir aucune injure, au moyen de laquelle peut être irrité, et s'enflammer de courroux. Car il n'y a rien qui refuse son joug et obéissance par le contemnement et mépris, de laquelle peut être indigné. Il n'y a chose pareillement plus sage et prudent que lui, qui lui peut causer ennui. Veu donc et considéré que toutes telles choses ne lui peuvent échoir, il n'y a rien aussi qui reste en sa nature, fors seulement ce suprême bien. Mais tout ainsi qu'il n'y a nulle chose des susdites en cette divine essence, aussi le Bien ne peut être dans ce qui est créé aussi en nulle autre n'est trouvé ce bien, fors qu'en elle. Car en toute autre chose, ou soit petite, ou soit grande, gît une chacune des susdites : et mêmement en celles, qui sont selon et en celui, qui est le plus grand et le plus puissant de tous autres animaux : c'est à dire, le monde attendu qu'il remplit tout ce qu'il engendre de passions et angoisses. Car aussi génération, est quelque passion. Or ou il y a passion, bien ne peut aucunement consister, et ou il consiste il n'y a nulle passion : ainsi comme nous voyons que ou il y a jour, il n'y a point de nuit, et là ou il a nuit, il n'y peut avoir jour. Qui fait qu'il nous faille conclure, que bien ne peut être en ce qui a génération, mais seulement en ce qui n'est point engendré. Mais tout ainsi que toutes choses participent de la matière, aussi pareillement est le monde bon par participation de bien. Je dis bon, en tant que toutes choses procèdent de lui, duquel côté il est estimé bon, et non en toutes autres choses. Car en premier lieu, il est paisible, et mobile, et par ce moyen cause de toute passion. L'homme aussi à la comparaison de mal, participe de quelque bien : au moyen que nous appelons le bien qui est es hommes, ce qui n'est pas trop mal, ou ce qui est moins mal. Qui fait que notre bien ne soit autre chose, que la minime part et portion de mal. Et pour autant s'ensuit que ce bien ne peut Hermès et la raison pour laquelle l’homme n’obtient que le nom de bien pas sa nature. aucunement être séparé de mal. Lequel bien certes n'est souillé seulement que par la mixtion et mêlée de mal : en manière qu'étant ainsi infecté, ne demeure plus en l'intégrité de bien. Et perdant sa nature et propriété, il se réduit en son contraire, qui est mal, et perd ainsi son nom. Pour toute conclusion donc, ô Esculape, il faut dire qu’en Dieu seul est permanent et gît ce bien, et qu’il est lui-même ce souverain bien. Et quant aux hommes, qu’ils n’obtiennent que le nom seul et titre d’iceluy, et non la nature. Car de fait ce corps matériel de toutes pars confit en toute méchanceté, et opprimé de tant de labeurs, douleurs, cupidités, courroux, déceptions, folles opinions, et milles autres choses frivoles, ne peut en soi comprendre et concevoir ce tant excellent bien. Et toutefois, Esculape, entre telles méchancetés, et infirmités d’esprit, j’estime être la plus méchante et pernicieuse, qu’une chacune d’elles est des hommes estimée le souverain et suprême bien. Mais quant à moi, je contredis fort bien à leurs fausses et dépravées opinions tant qu’à moi est possible, et admoneste sur toutes choses un chacun de fuir et éviter tout mal, et singulièrement les immodérées concupiscences et superfluités du ventre ensemble tout autre excès et dissolution qui sont les nourritures de tous maux, déceptions, et erreurs quelconques, finablement La vanité des sens privation de tout bien. Certes de mon côté, je rends grâces à mon Dieu, lequel en méditant et pensant en moi-même qu’elle était la nature de bien m’a infus cette vraie et certaine opinion, d’estimer qu’en tout ce monde ne peut être n’y avoir aucun bien. Car aussi le monde n’est qu’un amas de tout mal. Mais Dieu est le comble et perfection de tout bien : ou bien est l’abondante plénitude de Dieu. Car à l’entour de son essence il y a une super-éminence de tous biens, plus pure, et plus luisante, que l’on ne saurait dire et exprimer. Et de fait je dirais, qu’il n’y aurait par aventure autre essence en Dieu. Et oserais dire d’abondant et affermer que son essence (si aucune autre en a) n’est que une suprême bonté. Mais quant au monde, je crois fermement n’être en lui, ni en aucune de ses parties, bonté, ni beauté. Car tout ce qui aux sens se présente, et se qu’ils agitent, n’est qu’une vaine semblance et représentation feinte, ou faut cuyder de quelque choses. Au contraire tout ce qui ne se fait, et est reculé des organes des sens, est choses appartenante tant à beauté, comme à bonté. Et tout ainsi que la perspicacité des yeux corporels, ne peut voir Dieu, aussi ne connaît elle beauté ni bonté. Car ce sont les parties de Dieu très parfaites et les cousines inséparables, et très aimées : lesquelles tout ainsi qu’il les aime, aussi est il d’elles Si tu cherches Dieu, tu cherches la Beauté absolue aimé. Si donc tu peux comprendre que c’est que Dieu, tu pourras pareillement entendre que beauté et bonté sont choses en Dieu, sur toutes autres luysantes (luisantes), et par luy illustrées. Car de fait il est une beauté sans comparaison, et un bien sans imitation. Car aussi ne reçoit-il comparaison, ne imitation. Tout ainsi donc que nous connaissons beauté et bonté à Dieu seul appartenir, aussi ne nous les faut il communiquer ni conférere avecques toutes choses vivantes, d’autant qu’elles ne se peuvent de luy séparer. Si tu cherches Dieu, tu chercheras pareillement cette beauté. Or est il que la seule voie qui conduit ceux qui y aspirent, n’est autre que pieté conjointe avec connaissance de Dieu. Qui est cause, que maintes personnes ignares, et sans expérience, et dévoyés du sentier et trace de piété, n’ont craint d’appeler aussitôt l’homme mortel bien ou bonté, que l’immortel et éternel Dieu : encores qu’iceluy homme ne puisse nullement avoir la vraie notice de bien : ains soit totalement empêtré es lacqs (lacs) de tous maux, et qu’il estime le mal être bien, et usant d’iceluy sans remède aucun d’amendement, et avecques crainte d’être de luy privé. Finalement en ce qu’il s’efforce de tout son astuce, avecques innumerables machinations et controuvement, de n’être grevé ni molesté de aucun mal, et pour ce faire l’accroît journellement en un nombre infini. Telles sont doncques ô Esculape, les beautés et bontés des hommes, lesquelles n’est en notre puissance de fuir ne haïr. D’autant que cela est la chose que nous avons la plus difficile en ce monde, à raison principallement qu’il nous est de nécessité d’en user et en vivre : de manière que si nous en étions privés, nous ne vivrions pas. L’argument du septième Dialogue. Le septième fait complainte de la perte d’ignorance, laquelle gâte et détruit toute la terre, et corrompt l’âme enclose es liens de ce corps. Il enhorte les ignorants de retourner à leur bon sens, et de s’amender. Et pour mieux ce faire, il commande de dépouiller ce corps mortel, qui est le vêtement, par lequel nous sommes précipités en ignorance, et trainés à la mort : en persuadant, et soigneusement admonnestant nous retirer au lieu secret de notre entendement, lequel seul contemple celuy qui ne s’entend d’oreilles humaines, ni ne se voit d’yeux mortels, ni ne se prononce de bouche humaine. Que c’est le plus grand mal que peut encourir l’homme Que c’est le plus grand mal, que peut encourir l’homme, que de ignorer Dieu. Dialogue VII Ou vous précipitez vous hommes mortels, pleins d’ivrognerie ? Vous qui êtes ivres du vin d’ignorance, puis qu’ainsi est que ne le pouvez plus porter ni souffrir en vos corps, vomissez. Vivez sobrement, et regardez ce qu’il faut voir des yeux spirituels. Et si ne le pouvez tous faire, le facent à tout le moins ceux qui le peuvent. La perte d’ignorance gâte toute la terre, et corrompt l’âme empêtrée es liens de ce mortel corps, et l’empêche de ne suivre la voie de salut. Ne permettez doncques être submergés et engloutis en ce gouffre de corruption, et de mort. Respirez maintenant, respirez, retournez à votre bon sens, dont avez été si longuement éperdus, recourez encore à la fontaine de vie, et ensuivez celuy qui vous introduira à l’oratoire de vérité, ou il y a une lumière resplandissant à merveille, de nulles ténèbres ofusquée ni obscurcie. Là nul ne chancelle d’ébriété, mais sont tous sobres et vaillants, et contemplent clerement des yeux spirituels celuy Livre d’Hermès : description du lieu des Bienheureux Celuy qui ainsi veult être vu et contemplé. C’est celuy qui ne s’entend d’oreilles humaines ni ne se voit des yeux corporels, ni ne se prononce de langue : mais la seule pensée est, qui le peut voir et proférer. De manière que pour ce faire il te faut en premier lieu dépouiller la robe que tu portes, qui est le vêtement d’ignorance, le fondement de malice, le lien de corruption, le voile ténébreux, la mort vive, le corps mort sensitif, le sépulcre tournant de tous côtés, le larron finablement domestique. Lequel procure haine et rancune quand il flatte, et lors qu’elle est procurée, conçoit une envie à l’encontre de toi. L’ombrage donc duquel tu es environné est de telle sorte, que tu n’as plus mortel ennemy que celuy là. Lequel s’efforce continuellement de t’attirer et fléchir à soi, et t’abaisser contre bas, craignant qu’en contemplant la beauté de vérité et le prochain bien, tu ne conçoives haine à l’encontre de sa déloyauté, et ne prévoies à quelques fois les embûches qu’il te dresse, et continuellement machine contre toy. C’est celuy qui hébète, et trouble la vivacité des sens intérieurs : et la matière crasse qui la suffoque, et enivre d’une abominable et ennuyeuse volupté, tendant toujours à ce que tu ne puisses jamais ouir ne voir ce que doit être oui à bon endroit, et vu sur toutes choses, et contemplé des yeux intérieurs. L’ar- Livre d’Hermès : argument du huitième dialogue L’argument du huitième Dialogue. Le huitième montre que les corps célestes gardent continuellement le même ordre, que Dieu leur père et créateur leur a premièrement baillé. Et que la mort s’apparaît alentour des corps terriens qui ont vie : mais de dire qu’ils meurent, ou que ce nom même de mort ait quelque vertu et importance, n’est presques que toute vanité et abus : au moyen qu’ils ne meurent pas, ains se changent seulement d’espèce en une autre. De façon, que la matière qui est immortelle, change seulement les qualités des espèces, images, et semblances, desquelles Dieu la voulu parer, et aorner (orner). Il montre finablement comment l’homme immortel (animans dissoluble toutefois, le lien, et nœud de toute nature, partie corporel, partie incorporel, et capable du haut entendement divin) a été de Dieu crée à la semblance du monde, à fin que par un corps sensible comprint le monde sensible, et par l’heureuse contemplation de son entendment, s’élevant en Dieu. Que tout ce que les errans et dévoyes de raison appellent mort, ne soit qu’une mutation d’une chose en autre. Mercure à son fils Tatius. Dialogue VIII Livre d’Hermès : Thanatos c’est-à-dire mort Il nous faut maintenant mon fils, traicter (traiter) du corps et de l’âme. Savoir est comment elle est immortelle, et quelle grande vertu active elle a en la conjonction et dissolution de ce corps. Or veux je dire et maintenir que l’un ni l’autre ne meurt. Car ce mot Thanatos en langue Grecque, qui signifie mort en la nôtre, n’est autre chose qu’une conception d’une appellation mortelle, ou quelque autre chose vaine et de nulle importance : ou bien vient de la faute de le bien écrire : de manière que apr la remotion de la première lettre nous disons communément thanatos, c'est-à-dire, mort, au lieu que nous devrions dire Athanatos, c'est-à-dire immortel. Car thanatos signifie ce que nous disons mort, combien qu’en tout ce qui est en ce monde, sont membres d’iceluy, et principalement l’homme, qui est seul animal raisonnable. Dieu premièrement sur toutes choses est sempirternel, immortel, non crée, et autheur de toutes choses universellement. Secondement il a fait le monde à son image et semlance, La différence qu’il y a entre ce qui est vivant et ce qui est éternel et est de luy gardé, nourri, et doué d’immortalité comme de son propre et naturel père, toujours vivant comme luy et étant immortel. Or y a il grande différence entre de ce qui est toujours vivant, et ce qui est sempiternel, au moyen que ce qui est sempiternel ne fut oncques fait d’autruy, n’y a eu commencement aucun : ains seulement conciste de soy même. S’il est doncques de soy même sans commencement, il ne fut jamais fait, mais se fait toujours. Car éternité se dit, en tant que toutes choses sont éternelles. Dieu doncques père et autheur de toutes choses est de soy même éternel : mais le monde a été de luy fait et crée à toujours mais vivant et immortel. Et autant qu’il a conçu de matière en sa divine préscience pour la faire corporelle, et assembler en une masse pour faire toutes ses œuvres, il a attrempé en telle sorte et manière, qu’il a rendu tou sphéricq, en imprimant en icelle matière (étant immortelle, et ayant éternelle raison de matière) une qualité. Mais Dieu père et créateur de toutes choses, étant garni de toutes espèces, à puis après mis et semé en cette sphère toutes autres qualités, l’environnant d’icelle et la remparant tout autour, comme d’une haye. Car il a voulu aorner, et magnifiquement parer ce qui est après luy le plus excellent, quasi muniant tout son corps d’immortalité, craignant que la matière dont il est fait Les corps célestes dans l’ordre de Dieu le voulut départir de sa conjonction, et retourner encores derechef en sa déformité. Car mon fils, tu dois savoir, qu’auparavant que la matière eut corps, qu’elle n’avait forme, ni figure. Combien que celle-ci ait encores quelque difformité, au regard de quelque petites qualités après que nature de croître et décroître à fait son cours, laquelle communément appelons mort. Tel est le désarrois et confusion des choses terriennes qui ont vie. Car quant aux corps célestes ils gardent toujour et maintiennent le propre ordre qui leur a été de Dieu premièrement constitué. Lequel ordre néantmoins est gardé par la restitution, de toute chose indissoluble en leur premier être. Veu doncques et attendu que tous corps terriens seront réduis à quelquefois en leur premier ordre et état, et mêmement toute dissolution en corps indissolubles et immortels, il convient dire et conclure qu’il se fait seulement privation de sens, non pas destruction et annulation des corps. Loinct (loin) que le tiers animal qui est l’homme, faict (fait) et créé à la semblance du monde, et estranten iceluy, et s’accordant au vouloir du père céleste, a non seulement oultre toutes autres créatures alliance et affinité avecques le second Dieu, qui est ledit monde, mais aussi intelligence du premier, qui est Dieu le créateur. Et comprend entièrement par ses sens ce second Dieu la
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.