Il se cache derrière la belle simplicité du langage du Maître, des richesses subtiles de la plus haute importance
Toute la sapience et la sagesse d'Hermès Trismégiste se retrouvent dans les lettres du Maître Koot Hoomi Lal Singh
Réponse de Koot’ Hoomi Lal Singh à la lettre de A.P. Sinnett. Koot Hoomi Lal Singh : LETTRE N IV. Apparemment reçue le 5 novembre Madame et le Colonel O. arrivèrent chez nous, à Allahabad, le 1er décembre 1880. Le Col. 0. alla à Bénarès le 3, Madame le rejoignit le 11. Tous deux revinrent à Allahabad le 20 et restèrent jusqu’au 28. Amrita SARAS, 29 oct. (Habituellement orthographié, translittération plus correcte Sikh : amrita (immortalité d’Immortalité " (N.d.T.) ) Mon cher Frère, Je ne puis assurément rien objecter contre la façon que vous avez aimablement adoptée de m’appeler par mon nom, puisque cela est, comme vous dites, la conséquence d’égards personnels supérieurs même à ce que j’ai pu mériter de vous jusqu’à présent. Les conventions du monde fastidieux, à l’extérieur de nos "Ashrams" retirés, ne nous troublent jamais beaucoup ; moins que jamais en ce moment où nous cherchons non des maîtres en cérémonial, mais des hommes et du dévouement, et non de simples rites. De plus en plus, le formalisme mort gagne du terrain et je suis vraiment heureux de trouver un allié si inattendu dans un milieu où, jusqu’ici, nous n’en avons guère rencontré, je veux dire parmi les classes hautement instruites de la société anglaise. Nous traversons en ce moment ce que l’on pourrait appeler une crise, et il nous faut y faire face. Je pourrais même dire deux crises - l’une est celle de la Société et l’autre concerne le Tibet. Car je puis vous dire en confidence que la Russie masse graduellement ses forces en vue d’une future invasion de ce pays, sous le prétexte d’une guerre chinoise. Si elle ne réussit pas, ce sera grâce à nous ; et en cela au moins, nous mériterons votre gratitude. Vous voyez donc que nous avons à penser à des sujets bien plus graves que de petites sociétés. Cependant la Société Théosophique ne doit pas être négligée. L’affaire a subi une impulsion qui, mal dirigée, peut aboutir aux plus fâcheux résultats. Rappelez-vous les avalanches de vos Alpes admirées auxquelles vous avez souvent pensé, et souvenez-vous que d’abord leur masse est petite et leur force médiocre. Comparaison usée, direz-vous. Mais je ne vois pas de meilleure image, quand je regarde l’accumulation graduelle d’événements de mince importance qui en grandissant pourront menacer la destinée de la Société Théosophique. Cette image s’est imposée à moi, l’autre jour, alors que je descendais les défilés de Kouenlun - vous les appelez Karakorum - et que je vis tomber une avalanche. J’étais allé personnellement soumettre à notre Chef l’offre importante de M. Hume et je me dirigeais vers Ladhak pour rentrer chez moi. Quelles autres spéculations auraient suivi, je ne puis le dire, car, juste comme je profitais du silence imposant qui suit ordinairement ces cataclysmes pour prendre une plus nette vision de la situation présente et des dispositions des "mystiques" de Simla, je fus rudement rappelé à moi. Une voix familière, aussi perçante que celle attribuée au paon de Saraswati - qui, si nous en croyons la tradition, mit en fuite le Roi des Nagas - s’écria le long des courants : "Olcott a de nouveau fait surgir le diable lui-même... Les Anglais deviennent fous... Koot Hoomi, venez au plus vite et aidez-moi !" - et dans son excitation, elle oubliait qu’elle parlait anglais. Je dois dire que les télégrammes de la "Vieille Dame" frappent comme les pierres d’une catapulte! Que pouvais-je faire sinon venir ? Argumenter à travers l’espace avec une personne en proie au morne désespoir et dans un état moral chaotique était inutile. Aussi décidai-je de sortir d’une réclusion de nombreuses années pour passer quelque temps avec elle et la réconforter de mon mieux. Mais notre amie n’est pas femme à faire refléter dans son mental la philosophique résignation de Marc-Aurèle. Le destin n’a jamais écrit qu’elle dirait : "C’est une chose royale pour celui qui fait le bien d’entendre dire du mal de lui"... J’étais venu pour quelques jours, mais je découvre maintenant que je ne puis plus endurer le magnétisme suffocant même de mes propres compatriotes. J’ai vu quelques-uns de nos fiers et vieux Sikhs*, ivres et titubant sur les dalles de marbre de leur Temple sacré. (*Il s’agit du célèbre "Temple d’Or" édifié à Amritsar, au seizième siècle, sur le "Lac d’Immortalité" et où se rendent les Sikhs, chaque année, en pèlerinage, par centaines de mille (N.d.T.). ) J’ai entendu un Vakil, parlant anglais, dénoncer la Yog Vidga et la Théosophie comme des illusions et des mensonges, déclarant que la science anglaise les avait émancipés de ces "superstitions dégradantes" et disant que c’était insulter l’Inde que de soutenir que les malpropres Yogis et Sannyasis connaissent quoi que ce soit des mystères de la nature ou qu’aucun homme vivant puisse ou ait jamais pu produire un phénomène quelconque. Je retourne demain chez moi. La remise de cette lettre risque d’être différée de quelques jours pour des causes qu’il ne serait pas intéressant pour vous que je spécifie. En attendant, néanmoins, je vous ai télégraphié mes remerciements pour votre obligeance à accéder à mes désirs en ce qui concerne les sujets auxquels vous faites allusion dans votre lettre du 24 courant. Je vois avec plaisir que vous n’avez pas manqué de me présenter au monde comme un "allié" possible. Cela porte, je crois, notre nombre à dix. Mais je dois dire que votre promesse fut bien et loyalement tenue. Reçue à Amritsar le 27 courant à 2 heures de l’après-midi, votre lettre m’est parvenue à environ trente milles au-delà de Rawalpindi, cinq minutes plus tard, et je vous fis télégraphier un avis de réception de Jhelum, à 4 heures, le même après-midi. Nos modes de distribution de courrier accélérée et de rapides communications ne sont pas à dédaigner, comme vous voyez, par le monde occidental ou même par les sceptiques Vakils aryens qui parlent anglais. Je ne pourrais demander à un allié une disposition d’esprit plus judicieuse crue celle où vous commencez à vous trouver. Mon Frère, vous avez déjà manifestement changé d’attitude à notre égard : qu’est-ce qui pourrait empêcher une parfaite compréhension mutuelle un jour ? La proposition de M. Hume a été dûment et soigneusement considérée. Il vous avisera, sans doute, des résultats que je lui ai indiqués dans ma lettre. Qu’il essaie aussi loyalement que vous de mettre à l’épreuve nos "méthodes d’action" - c’est une autre question. Notre Maha (le "Chef") m’a autorisé à correspondre avec vous deux et même - au cas où une Branche Anglo-Indienne serait formée - à me mettre quelque jour en contact personnel avec elle. Maintenant, cela dépend entièrement de vous. Je ne puis vous en dire davantage. Vous avez tout à fait raison : la position de nos amis dans le monde anglo-indien a été matériellement améliorée par la visite de Simla ; et il est vrai aussi, quoique votre modestie s’abstienne de le dire, que c’est à vous principalement que nous le devons. Mais, en mettant tout à fait à part les fâcheux incidents des journaux de Bombay, il n’est pas possible, dans le cas le plus favorable, que vos compatriotes témoignent aux nôtres beaucoup plus qu’une bienveillante neutralité. Il y a un si faible point de contact entre les deux civilisations qu’ils représentent respectivement, qu’on peut presque dire qu’elles ne se touchent pas du tout. Et elles ne se toucheraient pas du tout n’eussent été les rares personnes (excentriques, dirai-je ?) qui, comme vous, font des rêves meilleurs et plus hardis que les autres et, forçant à réfléchir, rapprochent les deux civilisations par leur audace admirable. Vous est-il apparu qu’il se peut que les deux publications de Bombay, si elles n’ont pas été suggérées, n’ont du moins pas été empêchées par ceux qui auraient pu le faire, parce qu’ils voyaient la nécessité d’une telle grande agitation en vue d’obtenir un double résultat : 1) produire une diversion nécessaire après la bombe de la Broche, et 2) mettre peut-être à l’épreuve la force de votre intérêt personnel pour l’occultisme et la Théosophie ? Je ne dis pas qu’il en fut réellement ainsi ; je demande seulement si une telle éventualité s’est jamais présentée à votre esprit. Je vous ai déjà fait savoir que si les détails fournis dans la lettre volée avaient été indiqués à l’avance par le Pioneer - endroit beaucoup mieux approprié où ils auraient été présentés plus avantageusement - personne n’aurait eu le moindre intérêt à voler ce document pour le Times of India, et, par conséquent, aucun nom n’aurait paru. Le Colonel Olcott n’est sans doute "pas en accord avec les sentiments des Anglais" des deux classes, mais cependant beaucoup plus en accord avec nous que ces deux classes. Nous pouvons avoir confiance en lui en toutes circonstances et son fidèle service nous est assuré quoi qu’il advienne. Mon cher Frère, ma voix est l’écho de la justice impartiale. Où pouvons-nous trouver un dévouement égal ? C’est quelqu’un qui jamais ne questionne, mais obéit ; qui peut faire d’innombrables erreurs par zèle excessif, mais jamais n’hésite à réparer sa faute même au prix de la plus grande humiliation ; qui estime qu’il doit faire joyeusement le sacrifice de son confort et même de sa vie si cela est nécessaire ; qui mange n’importe quoi, ou même rien du tout ; dort dans n’importe quel lit, travaille n’importe où, fraternise avec n’importe quel hors-caste, endure n’importe quelle privation pour la cause... J’admets que ses rapports avec une Branche anglo-indienne seraient "un mal" - il n’aura donc pas plus affaire à elle qu’à la Britannique (Branche de Londres). Ses rapports avec elle seront purement nominaux si vous établissez vos Règles plus soigneusement que les leurs et si vous donnez à votre organisation un système de Gouvernement autonome tel qu’il ne nécessitera que rarement, sinon jamais, une intervention extérieure. Mais former une Branche anglo-indienne, indépendante, ayant totalement ou partiellement les mêmes buts que la Société-Mère, et avec les mêmes directeurs dans la coulisse, serait non seulement porter un coup mortel à la Société Théosophique, mais aussi nous imposer un labeur et un souci doubles, sans qu’aucun de nous puisse apercevoir en compensation le plus petit avantage. La Société-Mère n’est jamais intervenue le moins du monde dans les affaires de la British Theosophical Society, ni en vérité dans celle d’aucune autre Branche, soit religieuse, soit philosophique. Ayant formé, ou fait former une Branche nouvelle, la Société-Mère lui délivre sa charte (ce qu’elle ne peut faire maintenant sans notre sanction et nos signatures) et ensuite se retire habituellement dans la coulisse, comme vous diriez. Ses autres rapports avec les Branches qui lui sont assujetties sont limités à la réception trimestrielle des rapports sur leurs activités et des listes de nouveaux membres, la ratification des expulsions - seulement lorsque la Société est spécialement appelée à intervenir comme arbitre en raison de la liaison directe des Fondateurs avec nous - etc., etc... Jamais elle ne se mêle autrement de leurs affaires, excepté quand on y a recours comme à une sorte de cour d’appel. Et, puisque cette dernière intervention dépend de vous, qu’est-ce qui empêche votre Société de demeurer virtuellement indépendante ? Nous sommes même plus généreux que vous, Britanniques, ne l’êtes pour nous. Nous ne vous forcerons pas à avoir, ni même ne vous demanderons pas d’admettre un "Résident" Hindou dans votre Société pour veiller aux - intérêts du Pouvoir Paternel Suprême, après vous avoir déclarés indépendants, mais implicitement nous nous fierons à votre loyauté et à votre parole d’honneur. Mais si vous détestez l’idée d’une supervision exécutive purement nominale par le Colonel Olcott - un Américain de votre propre race -, vous vous rebelleriez sûrement contre l’autorité d’un Hindou, dont les habitudes et les méthodes sont celles de son peuple et dont, en dépit de votre bienveillance naturelle, vous n’avez même pas encore appris à tolérer la race, encore moins à l’aimer ou à la respecter. Réfléchissez bien avant de nous demander notre direction. Nos adeptes les meilleurs, les plus instruits et les plus saints appartiennent aux races des "Tibétains graisseux" et des Penjabi Singhs - vous savez que le lion est proverbialement une bête sale et agressive, en dépit de sa force et de son courage. Est-il certain que vos bons compatriotes pardonneraient plus aisément nos solécismes hindous concernant les manières, que ceux de leurs propres parents d’Amérique ? Si mes observations ne m’ont pas trompé, je dirais que c’est douteux. Les préjugés nationaux sont susceptibles d’obscurcir les lunettes de quiconque. Vous dites : "Combien nous serions heureux si vous étiez vous-même notre guide", voulant dire par là votre indigne correspondant. Mon bon frère, êtes-vous certain que l’impression agréable que vous pouvez avoir maintenant d’après notre correspondance ne serait pas instantanément détruite si vous me voyiez ? Et lequel de nos saints Shaberons a eu en partage comme moi le bénéfice d’un peu d’éducation universitaire et d’une légère teinture des manières européennes ? Un exemple : je désirais que Mme B. choisît parmi les deux ou trois Aryens du Pendjab qui étudient la Yog Vidya et sont des mystiques naturels, quelqu’un que je pusse désigner (sans trop me révéler à lui) comme intermédiaire entre vous et nous, étant désireux de vous le dépêcher, avec une lettre d’introduction, pour qu’il vous parlât du Yoga et de ses effets pratiques. Ce jeune homme, qui est aussi pur que la pureté même, dont les pensées et les aspirations sont de l’espèce ennoblissante la plus spirituelle et qui, uniquement par ses propres efforts, peut pénétrer dans les régions des mondes sans forme - ce jeune homme n’est pas adapté à... un salon. Lui ayant expliqué que le plus grand bien pourrait en résulter pour son pays, s’il vous aidait à organiser une Branche de mystiques anglais, en leur prouvant pratiquement à quels merveilleux résultats conduit l’étude du Yog, Mme B. lui demanda, en termes prudents et très délicats, de changer son vêtement et son turban avant de partir pour Allahabad - car bien qu’elle ne lui donnât pas cette raison, ils étaient très sales et sans soin. Vous informerez M. Sinnett, dit-elle, que vous lui apportez une lettre de notre Frère K., avec lequel il correspond. Mais s’il vous demande quoi que ce soit sur lui ou les autres Frères, répondez-lui simplement et sincèrement qu’il ne vous est pas permis de vous étendre à ce sujet. Parlez du Yog et prouvez-lui quels pouvoirs vous avez atteints. Ce jeune homme, qui avait consenti, écrivit peu après la curieuse lettre suivante : "Madame", déclarait-il, "vous qui prêchez les plus hauts préceptes de moralité, de véracité, etc., vous voudriez me faire jouer le rôle d’un imposteur. Vous me demandez de changer mes vêtements au risque de donner une fausse idée de ma personne et de mystifier un monsieur auquel vous m’envoyez. Et s’il me demandait si je connais personnellement Koot Hoomi, aurais-je à garder le silence, lui permettant ainsi de penser que je le connais ? Ce serait un mensonge tacite ; et m’en étant rendu coupable, je serais rejeté dans le terrible tourbillon de la transmigration !" Voilà un exemple des difficultés parmi lesquelles nous avons à travailler. Ne pouvant vous envoyer un néophyte avant que vous ne soyez lié à nous par serment, il nous faut, soit ne vous envoyer personne, soit vous dépêcher quelqu’un qui vous choquerait s’il ne vous inspirait pas du dégoût ! La lettre lui aurait été donnée de ma propre main ; il devait seulement promettre de garder le silence sur des questions au sujet desquelles il ne tonnait rien et dont il n’eût donné qu’une fausse idée et se donner une apparence plus propre. Encore les préjugés et la lettre morte. Pendant plus d’un millier d’années - dit Michelet - les Saints Chrétiens ne se lavèrent jamais ! Pendant combien de temps nos Saints redouteront-ils de changer de vêtements par crainte d’être pris pour des Marmaliks et des néophytes de sectes rivales et plus propres ? Mais de telles difficultés qui sont les nôtres ne doivent pas vous empêcher de commencer votre travail. Le Colonel O. et Mme B. paraissant consentir à devenir personnellement responsables de vous et de M. Hume, si vous êtes prêt, vous-même, à répondre de la fidélité de l’homme que votre groupe choisira pour chef de la Société Théosophique anglo-indienne, nous voulons bien que l’essai soit fait. Vous avez le champ libre ; et nul ne sera autorisé à intervenir dans vos affaires si ce n’est moi, au nom de nos Chefs, dès lors que vous me faites l’honneur de me préférer aux autres. Cependant, avant de construire une maison, on fait le plan. Supposons que vous traciez une esquisse de la constitution et de la direction de la Société anglo-indienne que vous avez dans l’esprit et que vous la soumettiez à notre examen ? Si nos Chefs l’agréent - et ce n’est sûrement pas eux qui feront obstacle à l’universelle marche en avant ou qui retarderont ce mouvement vers un but plus élevé - alors vous aurez aussitôt votre Charte. Mais ils doivent d’abord voir le plan ; et je dois vous demander de vous rappeler que la nouvelle Société ne sera pas autorisée à se séparer de la Société-Mère, quoique vous ayez la liberté de diriger vos affaires à votre propre façon sans crainte de la plus petite intervention de son Président, tant que vous ne violerez pas les Règles générales. Et, sur ce point, je vous renvoie à la règle 9. C’est la première suggestion pratique venant d’un "habitant des cavernes" Cis et TransHimalayen, que vous avez honoré de votre confiance. Et maintenant, arrivons-en à ce qui vous concerne personnellement. Loin de moi la pensée de décourager quelqu’un aussi plein de bonne volonté que vous en élevant devant votre progrès d’infranchissables barrières. Nous ne nous lamentons jamais devant l’inévitable, mais essayons de tirer le mieux du pire. Quoique nous ne poussions ni n’attirions jamais dans le mystérieux domaine de la nature occulte ceux qui sont peu disposés à y pénétrer et bien que nous n’hésitions jamais à exprimer librement et sans crainte nos opinions, nous sommes cependant toujours tout aussi prêts à assister ceux qui viennent vers nous ; même jusqu’aux agnostiques qui adoptent cette position négative ; "ne connaître que les phénomènes et refuser de croire à quoi que ce soit d’autre". Il est vrai que l’homme marié ne peut être un adepte, pourtant sans s’efforcer de devenir un "Raja Yogi", il peut acquérir certains pouvoirs et faire autant de bien au genre humain, et souvent plus, en demeurant dans les limites de son monde à lui. Par conséquent, nous ne vous demanderons pas de changer précipitamment vos habitudes de vie bien établies, avant que vous ne soyez pleinement convaincu de la nécessité et de l’avantage de ce changement. Vous êtes un homme qu’on doit laisser se diriger lui-même et qui peut être ainsi laissé sans danger. Votre résolution est prise de méditer beaucoup : le temps fera le reste. Il y a plus d’une voie pour acquérir la connaissance occulte : "Nombreux sont les grains d’encens destinés à un seul et même autel : l’un tombe plus tôt dans le feu, l’autre plus tard - la différence de temps n’est rien", a dit un grand homme quand lui furent refusées l’admission et la suprême initiation aux mystères. Il y a une nuance de récrimination dans votre question au sujet du renouvellement de la vision que vous eûtes dans la nuit qui précéda le jour du pique-nique. Il me semble que si vous aviez une vision chaque nuit, vous cesseriez bientôt d’y attacher du prix. Mais il y a une raison beaucoup plus importante pour que vous n’en soyez pas rassasié - ce serait un gaspillage de notre force. Aussi fréquemment que moi, ou l’un de nous, pourra communiquer avec vous, par rêves, par impressions à l’état de veille, par lettres (à l’intérieur ou à l’extérieur de coussins) ou par visites personnelles en forme astrale - ce sera fait. Mais souvenez-vous que Simla est à 7.000 pieds plus haut qu’Allahabad et que les difficultés à surmonter dans cette dernière ville sont énormes. Je m’abstiens de vous encourager à trop espérer, car, comme vous, je déteste promettre ce que, pour des raisons diverses, je ne pourrais peut-être pas accomplir. La "Fraternité Universelle" n’est pas une expression creuse. L’Humanité, dans son ensemble, a sur nous des droits suprêmes, comme j’essaie de l’expliquer dans ma lettre à M. Hume, que vous feriez mieux de lui demander de vous prêter. C’est le seul fondement solide de la moralité universelle. Si c’est un rêve, c’en est du moins un noble pour le genre humain, et c’est l’aspiration du véritable adepte. Fidèlement vôtre, KOOT’ HOOMI LAL SINGH
206
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.