L'alchimie d'Hermès, la haute science de l'analogie. Le livre du Filet d'Ariadne.
Le Filet D'ariadne Pour entrer avec sureté dans le labyrinthe de la philosophie hermétique. Avertissement J'ai longtemps balancé avant que de me résoudre à mettre la main à la plume pour composer ce petit Traité, dissuadé de le faire par les mêmes raisons, qui ont empêché tous les Philosophes d'enseigner leur Science autrement qu'ils nous l'ont laissée, avouant qu'ils n'ont écrit que pour les Enfants de l'Art, et non pour les Ignorants, ni autres personnes qui en auraient pu abuser, et qu'ils se sont plutôt étudiez à la cacher qu'à la vouloir mettre en évidence : En effet, il y en a qui ont composé plusieurs Volumes, chacun desquels contient bon nombre de Chapitres, qui sont autant de voiles qu'ils mettent devant les yeux, de ceux qui s'imaginent pouvoir pénétrer leurs mystères, où ils se sont rompus inutilement la tête. Les Chimistes même se persuadent que cette Science est de leur compétence et non de celle d'autrui, voyant souvent dans leurs Livres les termes de Sublimations, Solutions, Digestions, Calcinations, Imbibitions, Coagulations, et une infinité d'autres termes, dont on se sert dans la Chimie. Sur quoi travaillants, ils ont fait cent brouilleries qui n'ont rien produit que de là confusion dans leurs esprits et de la dépense inutile dans leurs Laboratoires, parce qu'ils ont pris à la lettre les dires des Philosophes qui doivent s'expliquer tout autrement : et comme il y a peu de Personnes, qui puissent, comme il faut, manifester leurs dires et manières de parler, j'ai fait exprès un Dictionnaire qui explique fort nettement ce qui est le plus difficile, afin de satisfaire en quelque façon les Curieux, et désabuser ceux, qui se ruinent inconsidérément, voulant travailler sur une Science qu'ils n'ont jamais apprise, et par conséquent qu'ils ne peuvent bien savoir ni mettre en usage. Et quoi que l'on voie dans les Livres des Sages, tant de Chapitres avec des noms différents, soyez averti (cher Lecteur) que ce n'est que pour mettre de la confusion dans les esprits, et qu'ils disent ou écrivent une même chose en cent façons différentes, et mettent à la fin de leurs Volumes, ce qui devrait être au commencement, et la fin au milieu, et le milieu dès le second ou le troisième feuillet. Outre que quelquefois ce qu'ils ont dit en un endroit, ils le révoquent dans un autre, disant: qu'il ne faut pas s'y arrêter. Quelques-uns disent, que lors qu'ils semblent parler le plus clairement, c'est alors qu'ils sont plus obscurs et le moins intelligible; c'est ce qui a fait dire à la plupart des hommes, que comme ces Livres sont composés autrement que les autres, qu'ils sont Livres faits a plaisir, pour amuser les gens d'une Science imaginaire qui n'a point de fondement, et qui promet des Trésors chimériques. C'est pourquoi ceux qui n'y peuvent rien comprendre, et qui n'ont pas l'esprit assez pénétrant pour développer le sens des paroles des Sages, ne nomment point autrement que fols et visionnaires ceux qui s'y attachent, et ferment la bouche à ceux qui en veulent parler. J'avoue qu'il n'y a rien de si rebutant que la lecture de ces Livres, à une personne qui ne les entend pas, et qui n'en a pas les clefs, mais aussi il faut demeurer d'accord, que ceux qui les ont et qui les entendent, sont ravis de voir la subtilité de l'esprit des Philosophes pour cacher leur Science, il n'y a pas une page, où ils ne remarquent quelque trait nouveau qui les satisfait pleinement. Quant à moi, on ne peut pas parler plus nettement, plus sincèrement, plus intelligiblement, ni avec plus d'ordre, sans pourtant dire trop clairement quelques principes, qui au lieu de faire du bien, feraient sans doute beaucoup de mal, si je les avais déclarés autrement, parce que ce mien petit Travail pourrait tomber entre les mains de plusieurs personnes, qui en pourraient mésuser au préjudice de leur salut. Encore que toute la substance de ce petit Traité se puisse écrire en moins de cent paroles, je m'y suis beaucoup étendu, non pas pour m'ériger en Philosophe, d'autant que j'écris trop clairement pour cela, et avec des termes vulgaires que j'affecte contre l'usage des mêmes Philosophes, mais je l'ai fais ainsi exprès, afin que rien n'y manque de tout ce qu'on y peut désirer, et que ceux qui le liront n'aient point besoin d'interprète pour éclaircir les difficultés qui pourraient naître dans leur esprit. Reste à dire que le travail de la Pierre n'est pas grand, que la dépense est très modique, et qu'il n'y a que le temps qui est long ; c'est pourquoi il faut faire bonne provision de patience et ne se pas ennuyer, et devant que de commencer, se dégager du soin de toutes affaires temporelles autant qu'on pourra. Discours préliminaire sur la Pierre des Sages. La Science Hermétique est si cachée, qu'elle s'appelle avec raison, la Science de la Philosophie secrète ; les autres Sciences s'apprennent par la lecture des Livres, d'autant qu'ils sont composés de termes ordinaires et intelligibles, mais celle-ci ne peut être comprise par la lecture mille fois réitérée de ceux des Philosophes, d'autant que leurs termes ne se doivent pas prendre à la lettre, mais mystiquement, similitudinairement, allégoriquement, et énigmatiquement. Si est-ce pourtant que grand nombre personnes s'y attachent, les uns par curiosité, les autres dans l'espérance d'y rencontrer de l'utilité. Encore s'ils ne faisaient tous que lire et tâcher de pénétrer le sens des Livres des Sages, cela serait en quelque façon tolérable, mais la plupart consomment leurs biens, et ensuite ceux des autres, à travailler et à chercher ce qu'ils ne trouveront jamais. En bonne foi, tous ces gens me font pitié de s'attacher si opiniâtrement a chercher avec tant de frais, et de perte de temps, et à vouloir faire une chose qu'ils ne savent pas, ni même le moindre des principes. Dans tous les Arts il faut bien savoir, les principes et le moyen d'opérer, et celui-ci qui est l'Art des arts, ils le veulent entreprendre, sans en savoir ni le commencement, ni le progrès, ni les moyens de conduire leur ouvrage a une due et raisonnable fin. Cela est donc contre le bon sens, car tout homme prudent doit premièrement apprendre la Science, s'il peut ; c'est-à-dire, les principes et les moyens d'opérer, sinon en demeurera là, sans bien, et en outre celui des autres. Or je prie ceux qui liront ce petit Livre, d'ajouter foi à mes paroles. Je leur dis donc encore une fois, qu'ils n'apprendront jamais cette Science sublime par le moyen des Livres, et qu'elle ne se peut apprendre que par révélation divine ; c'est pourquoi on l'appelle Art divin, ou bien par le moyen d'un bon et fidèle maître : et comme il y en a très peu à qui Dieu ait fait cette grâce, il y en a peu aussi qui l'enseignent, d'autant que Dieu ne veut pas qu'elle soit sue de beaucoup de personnes, et que ceux qui la savent doivent lui répondre de la probité de leurs disciples, c'est ce qui a mu les Sages à la laisser à la postérité voilée de divers nuages, et de divers termes ambigus et mystiques, de comparaisons, similitudes, analogies, de métaphores, de fables, et de diverses confusions , dont ils se sont adroitement avisé et servis, sans jamais rien dire que de véritable. Ils ne l'enseignent donc pas de suite comme font tous les autres Auteurs, mais en confusion et sans ordre mêlant toutes les parties et différentes choses avec des termes différents, imposants cent noms différents à la même chose, et nommant d'un même nom diverses matières et divers sujets. Ils lui donnent divers noms suivant les diverses couleurs ou changements qui arrivent dans le progrès du travail : quand elle est au noir, ils la nomment leur airain ; quand elle a passé de la noirceur à la citrinité, leur or ; quand elle est venue à une troisième couleur, la fleur de l'or ; quand elle a encore passé outre, ils l'appellent ferment : et quand elle est au rouge parfait, le venin des Teinturiers. Les Sages n'en font pas la petite bouche, ils avouent franchement eux-mêmes, qu'ils n'ont écrit que pour les enfants de la Science : et que quand ils semblent parler le plus clairement, c'est alors qu'ils sont le moins intelligibles et le moins croyables ; c'est pourtant à quoi s'attachent les ignorants et les Sophistes qui travaillent sur,1e Soufre, le Mercure, et l'Arsenic du vulgaire, et ils ne trouvent rien. Ils n'ont écrit, disent-ils, que pour donner à ceux qui ont, et ôter à ceux qui n'ont pas, suivant le dire de l'Ecriture: Habenti dabitur ; ab eo autem qui non habet, etiam quod habet auseretur ab eo. Ils disent que dans leur Art, on ne parle pas vulgairement : d'où s'enfuie qu'il n'y a rien de si fâcheux et dégoûtant que la lecture de leurs Livres, parce qu'on n'y peut rien comprendre sans avoir les clefs propres pour ouvrir les portes de leurs cabinets, qui sont au nombre de trois principales, outre quelques autres de moindre importance. Ces principales sont, la vraie matière, sa préparation, et le régime, lesquelles clefs, tous ces Chercheurs n'ont jamais trouvées chez les bons Artistes, et ne les trouveront point, sans les deux moyens ci-dessus. Ils ont donc enseigné plusieurs régimes, quoiqu'il n'y en ait qu'un ; ils disent prenez ceci, prenez cela, et il ne faut rien prendre ni ajouter ; car la nature contient en soi tout ce qui est nécessaire, et il ne faut point non plus ouvrir le vaisseau qui a été une fois scellé et fermé, jusqu'à ce que l'Artiste ait conduit son ouvrage à sa dernière perfection. Ils confondent aussi souvent la matière avec leur mercure, parlant de sublimation, ils la nomment diversement. Ils feignent diverses opérations, séparation et divers poids qu'ils appellent tantôt d'une manière, tantôt d'une autre. Ils écrivent beaucoup de choses qu'ils ne font pas, par exemple lorsqu'ils parlent de la dissolution, distillation, descention, ablution et calcination de la Pierre, ils font un Chapitre à part de chacune, encore que ce ne soit qu'une seule et même opération, qu'ils ne font pas ; mais bien la Nature seule, avec l'aide de l'Art. Quelques-uns, n'ont pas parlé du commencement ni de la fin de l'ouvrage et n'ont parlé que du milieu, d'autres n'ont parlé que du commencement, et d'autres seulement de la fin, et s'ils ont dit quelque chose des autres parties, c'est si peu, qu'il n'y a que les Savants et les yeux de Lynx qui s'en puissent apercevoir : d'où on doit conclure, que toutes leurs ruses, leurs adresses, et manières de parler énigmatiques, ne sont employées que pour aveugler les ignorants, rebuter les méchants, et détourner les uns et les autres du droit chemin de parvenir au but tant désiré : Et videntes non videant, et intelligents non intelligent. Pour faire justice aux Sages, disons, qu'outre les raisons ci-dessus, il n'est pas raisonnable qu'ils enseignent leur Science autrement qu'ils font, d'autant qu'elle leur coûte beaucoup de temps, et de peine et d'étude, qu'ils prétendent en agissant ainsi que ceux qui désirent y parvenir, l'achètent au même prix qu'eux, si Dieu veut permettre qu'ils arrivent à ce grand bien : c'est pourquoi ils ont engagé leurs, disciples, et ceux qui la savent, à garder inviolablement le silence, à être prudent et avisez à leur exemple, et à ne s’expliquer que par des termes ambigus et énigmatiques ; quoi faisant, ils acquerront le glorieux titre de Sages, qu’eux-mêmes n’ont mérité que par-là. Ils ont même donné divers noms à la Pierre, suivant les diverses couleurs : qui se font voir dans le travail, et même à cause qu’elle contient en soi plusieurs choses, et qu’elle est composée des quatre éléments ; et encore parce qu’elle a en soi des vertus et propriétés de toutes choses, soit minérales, végétales et animales, aussi bien que des corps célestes. Les envieux ont encore multiplié le nombre de ces noms, pour donner le change et faire errer ; mais tous ces envieux et ceux qui ne le sont pas conviennent d’un nom, qui est de l'appeler Pierre en son commencent, en son progrès, et en sa fin. Et pourtant elle n'est nullement pierre ni en l’un ni en l’autre état ; et pour dire ingénument la vérité, elle ne l'est qu’en puissance et en similitude, et non pas en nature : et d’autant plus qu’elle demeure au feu, dit Arnaud de Villeneuve, d’autant plus elle augmente en bonté, ce que ne font pas les autres pierres ni autres corps, car elles y sont brûlées et consumées ; mais au contraire, la Pierre des Sages est fondante au feu et y demeure volontiers, d'autant qu'il est sa nourriture et qu'il cause sa perfection, pour cet effet les Philosophes ont nommé pierre tout ce qui persiste au feu. Il faut encore dire une raison pour laquelle ils l'appellent pierre, c'est que sur elle comme sur une vraie pierre et solide fondement, ils établissent leurs richesses et leurs fortunes. Tant plus une chose s'éloigne de son principe, tant plus elle s'éloigne de sa perfection naturelle : l'eau d'une fontaine est très pure en son commencement et sortant de la source, mais elle prend et entraîne avec soi du limon et de la boue, en suivant son penchant et s'en allant dans une rivière. Il en est ainsi de toutes choses ; il n'y a que la pierre qui se perfectionne toujours, plus elle s'éloigne de son origine : car elle perd toujours de sa perfection et de son excellence, à mesure qu'elle rétrograde par la projection qui s'en fait sur les métaux imparfaits, et qu'elle retourne vers son principe; Ce qui a fait bien de la confusion et du désordre dans la Science d'Hermès, c'est que les Sophistes ont été la cause qu'elle a été fort décriée, ayant composé bon nombre de Livres remplis d'erreurs, qu'ils ont autant malicieusement que faussement attribués aux Philosophes, à cause qu'après avoir beaucoup travaillé, il n'ont pu faire aucune découverte : et pour se venger, se sont avisés de ce moyen infâme pour ternir la réputation qu'ils s'étaient acquise ; et ceux qui ont lu les livres de ces Sophistes, les ayant voulu mettre en pratique, suivant ponctuellement tout ce qu'ils prescrivaient, et enfin se voyant abusés, ils ont dit que cette Science n'avait rien de vrai, ni de solide, et que ce n'était qu'une Science imaginaire, comme un conte fait à plaisir, afin d'entretenir les esprits faibles et crédules dans de grandes espérances ; nous témoignant par là que leur mépris provenait que de leur ignorance et du manque d'y avoir fait de bonnes et solides réflexions, ou d'avoir rencontré un maître qui eu la charité de les mettre dans le bon chemin. D'autres ont beaucoup lu les vrais Livres des Philosophes qui ne doutent nullement de sa possibilité, et qu'il n'y ait des personnes qui l'aient conduites jusqu'à sa dernière perfection, et eux-mêmes croient la savoir sans avoir encore mis la main à l'œuvre, car ils disent qu'ils expliquent facilement les dires et manières de parler des Philosophes ; mais s'ils n'en savent pas davantage, j'estime qu'ils ne savent rien , parce qu'il est du tout impossible d'apprendre par les Livres la Science Hermétique, et que s'ils expliquent quantités de choses de ces sortes de Livres, ils les expliquent suivant leur propre sentiment, et non conformément au sens caché des Philosophes, qu'il est très difficile de découvrir, sans avoir les trois clefs principales dont nous avons parlé ci-dessus, d'autant que ces Livres sont conçus sous des termes mystiques et non vulgaires. L'ouvrage de la Pierre Philosophale s'appelle par excellence le grand Œuvre, et l'œuvre divine, d'autant que les hommes ne sauraient faire en nature aucune chose plus excellente, ni plus grande, tant pour conserver leur santé, que pour s'enrichir ; c'est pourquoi on peut à bon droit l'appeler un don de Dieu, qu'il donne à qui lui plaît, comme il fit à Hermès, et à quelques autres qui sont en petit nombre ; et c'est l'ordre de la Providence de Dieu, que tant plus une chose est relevée et a d'excellence, tant moins il y a de personnes qui en sont gratifiées ; il n'y a que quelques âmes d'élite dégagées des affections aux richesses et vanités du Siècle, qui possèdent ce grand bien, et qui en soulagent les Pauvres. Pauci quos aequus amavit Jupiter, aut ardens evexit ad aethera virtus. Ceux de cette élévation sont si rares, qu'on peut dire qu'il n'y en a presque point, d'autant qu'ils font des ouvrages d'une cause surnaturelle qui les rendent capables d'un si grand bien, et d'en faire un bon usage pour sa gloire et le soulagement des Pauvres, car ainsi ils sont faits les trésoriers de la Providence divine, auxquels Dieu inspire ses volontés pour les excécuter, ou leur présente les occasions pour cela ; c'est pourquoi les Sages ont dit : aut sanctum invenit, aut sanctum facit. D'où il faut conclure, que ceux qui par quelque occasion apprennent partie ou le tout de cette Science, sont empêchés d'y réussir par les Anges ou par les Démons, d'autant qu'ils en mésuseraient et emploieraient de si grands trésors contre l'intention de Dieu et à la perte de leurs âmes. Il est encore appelé Œuvre divin lors de la partie du régime en laquelle l'âme de la pierre est jointe à son corps, parce que cela est fait en un moment, et dépend de Dieu seul et de la Nature en laquelle Dieu opère, comme nous dirons ci-après en son lieu. Il l'est encore, d'autant qu'il est la forme et la figure des Œuvres admirables de Dieu envers l'homme, et qu'il contient en soi toutes les excellentes vertus de tout ce qui est au monde. Quam admirabilia sunt opera tua Domine, nimis profundae factae sunt cogitationes tuae ? On est donc convaincu, que cette Science est un don de Dieu, qu'il donne à peu de personnes, à cause de son excellence qui surpasse l'entendement humain et va au-delà de sa capacité, quoique quelques Philosophes l'aient appelé Jeu d'enfant et ouvrage de femmes ; ce qu'il faut entendre, après que le Mercure Philosophal est fait, et extrait du corps où il est enfermé, lequel il ne faut plus que conduire avec le Soleil et la Lune d'un régime à l'autre, et d'une qualité grossière à une plus subtile et plus spirituelle. La manière de le faire, et de cette extraction, est aussi au-delà de ce que l'entendement humain eût pu penser ; Dieu l'a donné à quelques Philosophes, afin qu'ils s'en servissent pour sa gloire, et qu'ils connussent une étincelle de sa grandeur et de sa puissance, qui peut faire beaucoup de choses au-dessus de la Nature, et qu'il en serait en effet, comme une Vierge enfanterait, que Dieu se ferait homme, et autres telles merveilles que nous enseigne la Foi Chrétienne. Puisque la Pierre des Sages est un don de Dieu, et son régime aussi, sans la permission de Dieu la Nature et l'Art ne peuvent la faire, mais Dieu laisse agir librement les causes secondes ; la Nature ne la pouvant faire elle seule, parce qu'elle travaille toujours simplement, et qu'elle a son pouvoir limité qu'elle ne peut outrepasser, l'Art aussi ne pouvant rien faire de lui-même, ni donner les poids et proportions aux choses, d'autant que cela passe ses forces et ses connaissances ; mais lorsque la Nature est jointe à l'Art, et qu'ils travaillent de concert, elle est élevée à une perfection si étendue qu'elle passe l'imagination, et elle acquiert une puissance presque infinie. Et pourtant il faut savoir qu'ils ne peuvent rien faire sans le Mercure philosophal, qui est la base et le fondement de tout l'ouvrage, c'est pourquoi les Sages se sont particulièrement étudiés à le cacher ; quelques-uns même n'en ont point voulu parler dans leurs Livres, d'autres en ont dit un mot en passant et si succinctement qu'on ne s'en aperçoit presque pas ; il y en a qu'un qui en ait fait un Livre entier, mais avec tant d'obscurité qu'il n'y a que ceux qui le savent et le connaissent parfaitement, qui puissent comprendre ce qu'il veut dire ; nous en parlerons ci-dessous plus clairement que lui, pour la consolation des Enfants de la Sciences. Allons maintenant plus avant et parlons à fond de la Doctrine des Philosophes, et disons. Que Dieu a premièrement créé la Nature de rien par sa pure libéralité, bonté et volonté, en une certaine substance qui est appelée Quintessence, dans laquelle toute la Nature est comprise, et de laquelle substance divisée en trois parties, de la meilleure et plus pure d'icelle, le Très-Haut a fait les Anges, qui est la première ; de la seconde les Cieux, les Planètes et les Étoiles; et de la troisième moins pure, il a fait le Monde inférieur. C'est ce que doit entendre le Fils de la Science, non comme nous avons écrit, mais comme tout a été créé ensemble par la volonté de Dieu, sans aucune suite de productions, et sans aucune matière précédente qui regarde la succession du genre ; car autrement ce ne serait pas une création de l'unité, venant scientifiquement par création de rien en une véritable entité substantielle ; c'est pourquoi il faut que vous entendiez véritablement et scientifiquement, et non pas d'une façon vulgaire et commune, parce que nous parlons ainsi au regard de la Nature. Et quand tout cela fut fait, Dieu forma le premier homme du limon de la terre, et le fit à son image et semblance, lui inspira la vie, et ensuite le nomma Adam. Il est certain que ce premier homme a eu toutes les Science infuses, et la connaissance de tous les Arts dès le moment de sa création ; il savait donc tout ce que les causes secondes pouvaient faire dans tous les étages de la nature, c'est à dire, dans le Ciel, dans l'air, la mer et la terre, et ainsi il avait la connaissance des minéraux et des métaux, de leur origine, de leur progrès, et de leur fin ou perfection constitutive. Tubalcaim était forgeron de cuivre et de fer, comme témoigne le Texte Sacré : il vivait au commencement du Monde et était fils de Lamech, qui était la sixième génération depuis Adam. D'où il s'ensuit que le Soleil et les Éléments, et en un mot la Nature ne les avait pas fait en ce temps là, comme elle a fait depuis, d'autant qu'elle n'en avait pas encore eu le temps ; mais que Dieu les avait créés lui-même, en faisant le Monde inférieur. Dès ce temps-là, on cherchait les minéraux et les métaux dans la terre ; et les enfants d'Adam se multipliant, ils s'écartèrent les uns des autres et firent divers Peuple et diverse Nations, et n'ayant tous qu'une même Langue, ils commencèrent d'en avoir et d'en parler diverses, lorsque leur témérité les porta à faire la Tour de Babel, de laquelle ils se désistèrent, quand ils virent qu'ils ne s'entendaient plus les uns les autres, étant allés chacun de son côté ; et ayant habité diverses contrées, ils firent des Villes aux lieux qu'ils jugèrent les plus propres, où ils s'exercèrent en toutes sortes d'Arts et de Sciences. Lors le commerce des hommes se faisait de bonne foi, par échange d'une chose à l'autre, et a duré ainsi jusqu'à la destruction de Troyes, comme nous assure Homère ; mais quand la mauvaise foi commença de se glisser parmi les hommes, et que les métaux commencèrent aussi à devenir plus commun, on s'avisa de faire de la monnaie, et ce fut Janus qui régnait dans l'Italie et qui associa au Royaume un nommé Saturnus, qui était venu dans un Navire, et fut le premier qui enseigna et fit graver de la Monnaie de cuivre, qui représentait d'un côté l'effigie de sa Tête et celle d'un Navire de l'autre, l'an du Monde 2032. Cette sorte de monnaie dura jusqu'en l'an 547 de la Ville de Rome, qu'on fit de la monnaie d'or, qui se nommait Ducat, à Romano Ducatu ; et dès lors, à son imitation, on en fit par tout le Monde et d'or et d'argent, et cette monnaie devint commune à toutes les Nations : et par ainsi le négoce qui s'était toujours fait par échange d'une chose à l'autre, commença de se faire avec ces précieux métaux, qui ont été depuis le prix de toute chose, et le souhait, le principe et le but de l'avarice des hommes ; leur cupidité les fit entrer dans les Mines pour en tirer : ils y trouvèrent les autres métaux ; savoir, le plomb, l'étain et le mercure, que nous nommons métaux imparfaits, avec le cuivre et le fer, dont nous avons ci-devant parlé, comparés avec l'or et l'argent. Comme chacun a son talent et son génie particulier, il se trouvait de temps en temps des hommes d'esprit, remplis de Science et de Doctrine, qui cherchaient les merveilles contenues dans tous les êtres. Hermès Trimégiste qui vivait selon la plus commune opinion du temps de Ninus l'an 2072 pénétra si avant dans les profonds secrets de la Nature, qu'il fut appelé le très grand Philosophe, et le Père de la Science Chymique et transmutation métallique, et sa science a passé de main en main jusqu'à nous, et en tous les siècles il s'est trouvé des personnes qui ont eu cette sublime Science, et qui nous en ont laissé des connaissances particulières dans leurs ouvrages, mais toujours voilées de quelques énigmes, types et analogies, pour les raisons qu'ils nous déduisent dans leurs écrits, dont l'une des principales est le désordre que cela causerait par tout le Monde, si cette Science était publique comme les autres, et que chacun pût faire de l'or et de l'argent à sa volonté : d'où il s'en suivrait, que les autres Arts cesseraient, et que les terres mêmes demeureraient incultes, jusqu'à ce qu'on eût trouvé un autre moyen pour établir un nouveau commerce.
222
Académie d'Hermès
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.