D’Hermès à Ovide la tradition du monde : Livre des Métamorphoses, l'hermétisme de l'analogie.
Tiepolo : Mercure et Énée
Livre des Métamorphoses d’Ovide, dans la grande tradition d'Hermès. La peste d’Égine (VII, 523-613) Junon, irritée contre cette terre, qui porte le nom de sa rivale, envoya une peste cruelle qui la désola. Tant que ce mal nous parut naturel, et que la cause en fut cachée, on employa l’art pour le combattre. Mais la violence de ce fléau désastreux surpassait tous les secours, et tous les secours furent vains. D’abord, le ciel rassembla sur nos têtes des nuages épais et obscurs, qui recelaient dans leur sein des feux contagieux. Quatre fois l’inconstante courrière des nuits, réunissant les pointes de son croissant, avait rempli son cercle, et quatre fois elle avait rétréci sa surface argentée, tandis que la brûlante haleine de l’Auster n’avait cessé de souffler sur la terre des poisons dévorants. Les lacs et les fontaines en sont infectés. On voit par milliers les serpents ramper dans nos champs abandonnés, et souiller les sources de leur venin. Les premiers feux de la contagion attaquent les chiens, les oiseaux, les boeufs, et les brebis. Ils se font sentir aux hôtes sauvages des forêts. Le laboureur infortuné s’étonne de voir ses taureaux les plus vigoureux tomber dans les sillons. L’agneau perd sa toison, il bêle tristement, il sèche, tombe, et meurt. Le coursier généreux n’a plus sa noble ardeur ; il oublie les combats, et la palme, et l’arène ; il languit sur la litière où l’attend une mort sans honneur. Le sanglier a perdu sa fureur, le cerf sa vitesse ; l’ours ne se précipite plus sur les troupeaux. Tout souffre, tout périt. Les forêts, les champs, les chemins sont couverts d’animaux que l’horrible fléau moissonne. Ni les chiens, ni les oiseaux de proie, ni les loups avides, n’osent en approcher. La corruption ajoute à l’infection de l’air, et accélère les ravages de la contagion. Bientôt dans sa furie elle atteint les tristes habitants des campagnes ; elle établit son horrible empire dans les vastes cités. D’abord, elle porte dans les entrailles ses feux dévorants. Un visage ardent, une pénible et brûlante haleine annoncent leur présence. La langue est âpre, et s’épaissit. La bouche desséchée s’ouvre, et aspire, en haletant, des poisons qui vicient le sang dans les veines. Le lit irrite le mal ; un voile léger est un poids insupportable. C’est sur la terre nue qu’on s’étend ; mais la terre n’a point de fraîcheur ; elle s’échauffe encore des feux des corps qui la pressent. Rien n’arrête les progrès de la contagion. Elle attaque ceux qui travaillent à la détruire : ils périssent victimes de leur art impuissant. Ceux qui se montrent les plus empressés à donner des soins pieux marchent à plus grands pas vers la mort. Tout espoir de salut est évanoui. Tous ne voient que dans le trépas la fin de leurs souffrances. Ils cessent de se contraindre. Ils ne cherchent plus ce qui peut les sauver. Toute ressource est inutile. Ils vont nus, sans pudeur, se plonger dans les fontaines, dans les fleuves, dans les puits. Ils boivent avidement, et leur soif ne s’éteint qu’avec leur vie. Ils expirent dans les mêmes flots qui abreuvent d’autres mourants. Plusieurs, que le repos du lit tourmente, s’élancent, et, si leurs forces sont épuisées, s’ils ne peuvent fuir, ils se roulent sur la terre, hors de leurs maisons, qu’ils regardent comme des lieux funestes ; et comme ils ignorent la cause de leurs maux, ils accusent leurs Pénates, qu’ils ont abandonnés. Vous eussiez vu ces spectres, à peine se mouvant, les uns errer dans les places publiques, les autres pleurant étendus sur la terre, et, par un dernier effort, roulant leurs yeux éteints ; les autres, levant vers un ciel d’airain leurs bras appesantis, exhalant leur vie dans les lieux où le hasard conduit leurs pas. Hélas ! quels étaient alors mes voeux, et quels devaient-ils être ! Je détestais la vie. J’aurais voulu partager le sort de mes sujets. Mes yeux ne voyaient de toutes parts que des morts et des mourants. Tels des fruits trop mûrs quittent l’arbre qui les porte ; tels les glands tombent du chêne agité par les vents. Vous voyez d’ici ce temple élevé où l’on monte par de longs degrés : Jupiter y réside. Hélas ! qui ne brûla pas sur ses autels un encens inutile ! Combien de fois l’époux qui faisait des voeux pour son épouse, le père implorant pour les jours de son fils, ont-ils vu leurs prières interrompues par un trépas soudain, et sont-ils tombés devant ces autels insensibles, tenant encore dans leurs mains le reste de l’encens qu’ils devaient offrir ! Combien de fois, tandis que le prêtre, en invoquant les dieux, épanchait la coupe sacrée sur le front des taureaux qu’il allait égorger, les a-t-on vus tomber soudain, sans attendre la hache du sacrificateur ! Moi-même, lorsque j’offrais un sacrifice pour mon peuple, pour mes trois fils, et pour moi, j’entendis la victime pousser d’affreux mugissements ; je la vis tomber avant d’être frappée. Le couteau sacré d’un sang noir fut à peine trempé. Les fibres de la victime, viciées par la contagion, n’offrirent aucun présage. Elles avaient perdu leurs indices sur les secrets des dieux. J’ai vu des cadavres amoncelés devant les portiques sacrés, et jusqu’au pied des autels, comme pour reprocher aux dieux leur funeste trépas. Plusieurs, s’étranglant de leurs propres mains, préviennent l’heure fatale qui s’avance, et, par la mort, se délivrent de la crainte de la mort. On cesse de rendre les honneurs du tombeau. Les portes de la ville n’ouvrent pas un passage assez grand à tant de funérailles. Les cadavres sont abandonnés sur les places publiques, ou entassés, sans pompe, sur d’immenses bûchers. Plus de respect pour les morts. On se dispute les feux allumés pour les recevoir. Les uns sont jetés sur ces lits funèbres que pour d’autres on a préparés. Personne ne pleure sur leurs cendres. Les âmes des pères et des enfants, des jeunes gens et des vieillards, errent oubliées sur les rives du Styx. La terre ne suffit point aux tombeaux, le bois aux bûchers. Livre des Métamorphoses d’Ovide : Les Myrmidons (VII, 614-660) Accablé par tant de maux : "Ô Jupiter ! m’écriai-je, s’il est vrai, comme on le dit, qu’Égine a su te plaire ; dieu puissant ! si tu ne rougis pas de m’avouer pour ton fils, ou rends-moi mes sujets, ou que je descende avec eux dans la nuit du trépas" ! Soudain l’éclair brille, le ciel serein tonne, et m’annonce que ma prière a été entendue : "J’accepte, m’écriai-je, ce présage. Grand dieu ! qu’il soit le signe et le gage d’un meilleur destin !" Non loin de ce palais s’élève un chêne consacré à Jupiter. Il est né d’un gland cueilli dans la forêt de Dodone. Un rare feuillage pare ses antiques rameaux. Là, je vis alors par milliers la fourmi diligente, traînant avec effort le grain qu’elle avait ramassé, et suivant, dans les rides de l’écorce, de longs et pénibles sentiers. J’en admire le nombre, et je m’écrie : "Ô père des humains, donne-moi pour repeupler cette île déserte un peuple égal en nombre à ces fourmis" ! Alors le chêne robuste s’ébranle, et de ses rameaux qui s’agitent dans le calme des airs, semble sortir une voix inconnue. D’une subite horreur mes sens sont saisis. Mes cheveux se hérissent. Je baise la terre et le chêne avec respect. Je n’ose m’avouer que j’espère : j’espère cependant ; une confiance secrète accompagne mes voeux. La nuit a déployé ses voiles. Le sommeil bienfaisant fait oublier les peines du jour. Je crois voir ce même chêne devant mes yeux. C’était le même nombre de rameaux, le même nombre de fourmis, le même mouvement dont l’arbre fut agité. Il faisait pleuvoir autour de lui des légions de ces insectes laborieux que je vis, par degrés, croître, grandir, se lever de la terre, se redresser, perdre leur maigreur, le trop grand nombre de leurs pieds, leur couleur obscure, et revêtir une figure humaine. Je m’éveille je condamne cette vision, mensonge de la nuit, et j’accuse les dieux qui m’ont promis un vain secours. Cependant un bruit confus retentissait dans le palais. Je croyais entendre des voix humaines dont le son avait presque cessé de frapper mon oreille ; je doutais encore si ce n’était pas la suite des illusions du sommeil. Télamon précipite ses pas ; il entre, et s’écrie : "Venez, mon père, venez voir un prodige qui surpasse ce que l’on peut croire, et ce que les dieux vous ont fait espérer." Je sors, et j’aperçois les mêmes hommes qu’un songe avait offerts à mes regards. Ils sont dans le même ordre où je les vis ; je les reconnais, ils s’approchent et me saluent leur roi. Je rends des actions de grâces à Jupiter. Je distribue ces hommes nouveaux dans la ville déserte et dans les campagnes dépeuplées de leurs anciens cultivateurs. Je les nomme Myrmidons, et ce nom indique assez leur origine. "Vous les avez vus. Ils ont conservé les moeurs qu’ils avaient dans leur première nature. C’est une race économe, patiente dans le travail, ardente pour acquérir, et soigneuse de conserver. Égaux en âge, égaux en valeur, ils vous suivront aux combats, aussitôt que l’Eurus, qui vous a conduits heureusement sur ces rivages, aura fait place à l’Auster, qui doit vous en éloigner". Livre des Métamorphoses d’Ovide : Céphale et Procris (VII, 661-865) Ces récits et plusieurs autres, du jour ont rempli la durée. Le soir est donné à la joie bruyante des festins, et la nuit au repos du sommeil. Déjà le Soleil, à l’orient, était remonté sur son char. L’Eurus soufflait encore, et s’opposait au départ des Athéniens. Les deux fils de Pallas se rendent auprès de Céphale, et l’accompagnent chez le roi. Mais Morphée sur les yeux d’Éaque épaissit encore ses pavots. Phocus reçoit les députés d’Athènes, tandis que Télamon et son frère rassemblent les phalanges qui doivent s’embarquer. Le jeune prince conduit Céphale et les Pallantides dans l’intérieur du palais, et s’assied auprès d’eux. Il remarque dans la main de Céphale un javelot dont le bois lui est inconnu, et qui est armé d’une lame d’or. Après qu’on a parlé d’objets indifférents : "J’aime, dit-il, et la chasse et la solitude des forêts. Je ne sais cependant de quel bois est fait le javelot que vous portez. Le frêne est d’une couleur plus sombre, le cornouiller est plus noueux. J’ignore de quel arbre on l’a tiré ; mais je n’en vis jamais de plus beau". "Vous en admirerez moins la beauté que l’usage, dit un des Pallantides. Il ne manque jamais le but ; jamais le hasard ne le dirige ; et de lui-même il revient sanglant dans la main qui l’a lancé". Alors, plus curieux, Phocus demande d’où vient ce javelot ; qui lui a donné tant de vertu ; et quel est l’auteur d’un si rare présent. Céphale le satisfait ; mais il rougit de dire à quel prix il obtint ce dard ; et s’affligeant au souvenir de la mort de son épouse, ses yeux se remplissent de larmes, et il parle en ces mots : "Qui le croirait ? ce javelot, ô fils d’une déesse, est la cause de mes pleurs, et m’en fera longtemps répandre, si longtemps le destin prolonge encore mes jours. Ce javelot a perdu Céphale et son épouse; et plût aux dieux que je n’eusse jamais reçu ce funeste présent ! Le nom d’Orythie, enlevée par Borée, est venu peut-être jusqu’à vous, Procris était sa soeur. Si l’on compare leur beauté, leur caractère, Procris était plus digne d’être enlevée. Érechthée, son père, m’unit à elle par l’hymen. L’amour nous unit par un plus fort lien. On me disait heureux : je l’étais sans doute ; et je le serais encore, si les dieux l’avaient ainsi voulu. "Le second mois s’écoulait depuis notre hyménée, lorsqu’un matin l’Aurore vermeille, chassant devant elle les ombres de la nuit, me voit tendre des toiles aux cerfs timides, sur le sommet toujours fleuri du mont Hymette, et malgré moi m’enlève sur son char. Qu’il me soit permis de le dire, sans offenser cette déesse, sa bouche ressemble à la rose du matin ; elle tient l’empire riant qui sépare l’ombre et le jour ; elle se nourrit de la céleste rosée : mais j’aimais Procris ; Procris était dans mon coeur ; le nom de Procris était toujours dans ma bouche. J’alléguais à l’Aurore, et la foi des serments, et l’amour de Procris, et ses derniers embrassements, et ceux qui m’attendaient à mon retour ; et je plaignais de son lit la triste solitude. La déesse s’indigne : "Ingrat, s’écrire-t-elle, cesse tes plaintes, et retourne à Procris ; mais si je lis dans l’avenir, tu voudras ne l’avoir pas revue". Et, soudain, avec colère, elle me chasse de sa présence. "Tandis que je reviens, je réfléchis sur les derniers mots de l’Aurore. Je commence à former des soupçons sur la foi de mon épouse : sa beauté, son jeune âge, les autorisent ; sa vertu les défend. Mais cependant j’avais été absent ; et la déesse, que je quittais, m’offrait elle-même un exemple peu rassurant. Hélas ! on craint tout quand on aime. Je me décide à faire mon malheur. Je veux tenter la fidélité de Procris par des présents. L’Aurore favorise ce désir insensé. Elle change mes traits ; je le sens. J’arrive dans Athènes, sans être reconnu. J’entre dans mon palais. Tout y respirait l’innocence et la vertu. On y voyait le deuil profond de mon absence. "Ce fut par mille artifices, que j’obtins d’être admis auprès de la fille d’Érechthée. À sa vue, interdit et confus, je voulus renoncer à mon dessein. Je fus tenté de me découvrir de tout avouer, et de l’embrasser. Elle était triste, mais jamais la tristesse ne parut avec tant de charmes. Elle n’était occupée que du désir de me revoir. Jugez, prince, quelle était sa beauté, puisque la douleur même en relevait l’éclat. Que vous dirai-je ? combien de fois sa pudeur s’effaroucha-t-elle de mes aveux ! combien de fois me dit-elle : "J’appartiens à un seul, en quelque lieu qu’il soit ; c’est d’un seul que j’attends mon bonheur." Quel mortel raisonnable n’eût été satisfait d’une telle épreuve ! Insensé ! je poursuis ; j’aigris moi-même mes blessures. J’augmente mes offres, mes présents, et je promets tant, qu’à la fin elle me paraît incertaine, et je crois l’avoir vaincue : "Perfide, m’écriai-je, dans un amant déguisé reconnais un époux outragé, témoin de ton parjure." "Procris ne répond rien. La honte et le dépit semblent étouffer sa voix. Elle fuit un injuste époux, et ses indignes artifices. Irritée contre moi, détestant tous les hommes, elle errait sur les montagnes, et suivait les exercices de Diane. Son absence redouble la violence de mes premiers feux. J’implore mon pardon ; je m’avoue coupable ; je confesse que l’offre de tant de biens, de tant de trésors, m’eût fait moi-même succomber. "Cet aveu désarme sa colère, et venge sa pudeur. Elle revient, et les années s’écoulent sans voir s’altérer notre bonheur. Et comme si c’eût été trop peu de se donner elle-même, elle me fait présent d’un chien que Diane a nourri. En le lui cédant, la déesse avait dit : "Aucun autre ne l’égalera dans sa course rapide". Elle me donne en même temps ce javelot que je porte à la main. "Si vous voulez apprendre ce qu’est devenu le chien de Diane, écoutez : vous serez sans doute étonnés de ce prodige. "Le fils de Laïus avait pénétré du Sphynx l’énigme jusqu’alors impénétrable ; et, renonçant à proposer ses oracles obscurs, le monstre s’était précipité du haut de son rocher. Thémis, voulant venger sa mort, envoya dans les champs thébains un nouveau monstre qui les remplit du carnage des troupeaux et des pasteurs. La jeunesse des environs s’assemble. Nous tendons au loin nos toiles. Mais le monstre agile les franchit d’un saut léger, et s’élance au-delà des barrières. On détache les limiers ; ils courent : mais, plus prompt que l’oiseau, il fuit les trompe, et les évite. "On demande à grands cris Lélape : c’est le nom du chien que m’a donné Procris. Déjà, le cou tendu, Lélape se débat dans les liens, qui l’arrêtent. Il est libre, il s’élance ; on ne l’aperçoit plus. La poussière qu’il élève sur ses pas seule indique sa course. Nos yeux le cherchent, et ne le trouvent pas. Moins rapides sont et le dard que lance un bras nerveux, et la pierre qui s’échappe en grondant de la fronde agitée, et la flèche légère que de son arc le Crétois fait voler. "Une colline s’élève au milieu de la plaine. Je monte sur son sommet, et là j’admire cette course merveilleuse. Tantôt le monstre rapide est au moment d’être pris ; tantôt il paraît s’échapper à la dent de Lélape. Il fuit par cent détours. Il vole, et décrivant de vastes cercles dans la plaine, il trompe ainsi l’impétuosité de son ennemi. Lélape le presse, l’atteint, le touche, on dirait qu’il le tient : il ne tient rien ; sa gueule s’ouvre pour le saisir, et ne mord que du vent. "J’ai recours à mon javelot, et tandis que ma main s’apprête à le lancer au monstre, je détourne un moment les yeux ; je les reporte ensuite dans la plaine. Mais, ô prodige ! je vois et le monstre et Lélape en marbre transformés. L’un semble fuir ; on dirait que l’autre aboie. Sans doute un dieu, s’il est vrai qu’un dieu fut présent à ce combat, les jugeant tous deux égaux en adresse, en courage, ne voulut point décider entre eux la victoire. " Ainsi parle Céphale, et il se tait à ces mots. "Mais quel est, dit Phocus, le crime de ce javelot ?" L’Athénien répond : "C’est du sein de ma félicité même qu’est né mon malheur. Je vous entretiendrai d’abord de ces temps trop tôt écoulés, dont le souvenir me sera toujours cher ; de ces temps où Procris était heureuse par moi, où j’étais heureux par elle. Nous avions les mêmes penchants, un même amour nous unissait tous deux. Elle m’eût préféré au puissant Jupiter. Vénus elle-même n’eût pu me rendre infidèle. Nos coeurs brûlaient de deux flammes égales. "Dès que le Soleil dorait de ses premiers rayons le sommet des montagnes, j’allais chasser dans les forêts, mais seul, sans compagnons, sans coursiers et sans limiers, sans toiles et sans filets ; j’étais assez fort de mon javelot. Quand le Soleil embrasait la terre de ses feux, las de carnage, je cherchais la fraîcheur et l’ombre ; j’appelais les vents légers, qui, dans les vallons, tempèrent la chaleur du jour. J’implorais, j’attendais les Zéphyrs. C’était le délassement de mes travaux. "Je chantais souvent, il m’en souvient encore : "Viens, sois-moi favorable, Aure, à la fraîche haleine ; glisse-toi dans mon sein ; apaise les feux dont je brûle ; plusieurs fois je t’ai dû cette faveur". Peut-être ajoutais-je encore d’autres paroles qui pouvaient paraître exprimer les désirs d’un amant. En effet, je disais souvent : "Aure, tu fais mes plus chères délices, tu me ranimes, tu me soutiens. Tu me fais aimer les bois et les lieux solitaires. Que par ma bouche soit toujours respirée ta douce et bienfaisante haleine !" "Un témoin indiscret entend ces paroles ambiguës. Il croit que ce nom d’Aure, que j’appelle tant de fois, est celui d’une Nymphe dont je suis épris. Sur ce faux indice d’un crime imaginaire, il va trouver mon épouse, et le téméraire lui rapporte les discours qu’il a surpris. L’amour est crédule. Procris pâlit, et tombe évanouie. Revenue enfin à elle-même, elle accuse son malheur, et le Destin cruel, et la foi de son époux. Elle s’afflige d’un crime supposé ; elle craint ce qui n’est pas ; elle s’effraie d’un nom qui n’a aucun objet réel. Infortunée ! elle gémit, comme si elle avait une rivale. Cependant, elle doute encore. Elle se flatte qu’on a pu la tromper. Elle refuse de croire au rapport qu’on lui a fait ; et si elle ne voit elle-même l’infidélité de son époux, elle ne pourra le croire parjure. "L’Aurore du lendemain avait chassé les ténèbres de la nuit. Je sors, je cours dans les forêts ; et, me reposant sur l’herbe tendre des travaux de la chasse, je chante : "Aure aimable, viens me soulager. Fais-moi sentir ta douce haleine !" À ces mots, je crois entendre je ne sais quels cris plaintifs : "Viens, ajouté-je, Aure, chère à mon coeur !" Un bruit léger murmure encore dans le feuillage qui s’agite. Je ne doute point que ce ne soit une proie, et je lance mon dard inévitable... C’était Procris. Le dard s’était enfoncé dans son sein. Hélas ! s’écria-t-elle. Je reconnais la voix de mon épouse. Éperdu, égaré, je vole auprès d’elle. Je la vois mortellement atteinte, et baignée dans son sang. Je la vois retirer de son sein ce javelot que j’avais reçu d’elle. Je soulève dans mes bras criminels ce corps qui m’est plus cher que le mien... Je déchire ses tissus, je ferme sa blessure ; je veux arrêter son sang qui s’écoule avec sa vie. Je la presse de vivre. Je la conjure de ne pas me laisser coupable de sa mort. "Mais déjà ses forces l’abandonnent ; et, mourante, par un dernier effort elle m’adresse ces mots : "Au nom de notre hymen, par tous les dieux du ciel, et par ceux de l’éternelle nuit où je vais descendre, Céphale, si j’ai mérité quelque reconnaissance de toi, je te conjure par cet amour cause de mon trépas, par cet amour qui vit encore en moi lorsque je péris, que jamais Aure ne me remplace, et ne souille ma couche nuptiale !" "Elle dit, et je reconnais enfin qu’un vain nom a causé cette erreur si fatale. Je me justifie ; mais, hélas ! de quoi sert cette tardive lumière ! Elle succombe, et ses forces épuisées se perdent avec son sang. Tant que ses yeux s’ouvrent encore au jour, elle les tient fixés sur moi. Elle exhale enfin sur mes lèvres son âme infortunée, et j’y reçois son dernier soupir. Mais, sûre que je vivais toujours pour elle, elle semble avec moins de douleur descendre chez les morts." Le héros, en pleurant, racontait ainsi ses malheurs ; et Phocus et les Pallantides pleuraient en l’écoutant. Cependant Éaque s’approche avec Télamon et Pélée, et les soldats qu’ils ont rassemblés. Céphale reçoit ces guerriers, et se prépare à les conduire au combat.
82
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.